L’eau qui tremble dans le halo multiplie le feu

Un cormoran pris dans les filets, un marin pêcheur, l’autre, le plus jeune et le troisième homme. « Tout le monde est au courant depuis ce matin ». Le travail de pêche et ses gestes quotidiens. L’armée d’un pays descendue au port pour bruler un bateau.

Un court texte plein d’énigmes, de répétitions en forme de variations, de déplacements et de sollicitations.

Bertrand Belin nomme comme certain·e tracent des esquisses en noir foncé ou en lignes claires. A chacun·e d’en (re)faire les sens en fonction de ses humeurs ou de ses angoisses.

Le cours instant d’un livre, au littoral mais sans le littéral…

Bertrand Belin : Littoral

P.O.L, Paris 2016, 90 pages, 9 euros

Didier Epsztajn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.