Il n’existe pas de chaise vide, il faut toujours faire se lever quelqu’un pour pouvoir s’asseoir

victoria-couvUn tout petit roman, mais qui s’inscrit (comme Eva d’Ersi Sotiropoulos) dans ce que la crise grecque produit dans le champ de la littérature. La violence verbale comme miroir de la violence sociale. L’expression explicite de la nostalgie d’un passé idéalisé (non dans la négation de la misère d’hier mais dans sa nature « nationale ») se formulant dans les termes de la haine de l’autre et du racisme (allant jusqu’à la recherche d’une « solution finale » néo-nazie). Une écriture qui, au-delà du sens même, traduit le désespoir.

« Victoria » est un quartier d’Athènes, proche du Musée National et de l’Ecole Polytechnique, devenu le symbole des nouvelles « classes dangereuses ».

« Ce pourrait être ici ou ailleurs.  C’est en Grèce à l’heure d’une crise que la société ne supporte pas. »

Yannis Tsirbas : Victoria n’existe pas, Quidam, 2015

Traduction de Nicolas Pallier

Dominique Gérardin

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.