Hommages

71CdBz3px0L._SX522_

The music of Billie Holiday

Il a bien sûr la voix de José James, son intelligence du texte et de la musique. Ce disque doit cependant beaucoup au trio qui l’accompagne, Jason Moran (piano et Rhodes), John Patitucci (contrebasse) et Eric Harland (batterie). Un bien beau disque. Et une version bouleversante de « Strange fruit » avec José James, quelques claquements de mains et des voix murmurantes.

A lire en complément :

Nina Van Horn : Hell of a woman, hommage-aux-femmes-du-blues/

Julia Blackburn : Lady in satin, Billie Holiday, billie-holiday-est-nee-le-7-avril-1915-100-ans-apres-le-genie-est-toujours-la/

Cd José James : Yesterday I Had The Blues, Blue note 2015

AUM095Brigitte Fontaine

Comme oublier la version de « Comme à la radio » avec l’Art Ensemble of Chicago (Saravah) et d’autres décalages de Brigitte Fontaine.

Le présent disque présenté par le quartet, Darius Jones (saxophone alto), Matt Mitchell (piano, Rhodes), Sean Conly (contrebasse), Ches Smith (batterie, percussions) et Emilie Lesbros (chant) est d’abord un très beau disque de jazz.

Il est aussi un véritable hommage à la personne, au chant et aux univers de Brigitte Fontaine. A découvrir et au coin des notes, des réminiscences d’airs, d’intonations, de cris de la chanteuse.

Cd Darius Jones Quartet featuring Emilie Lesbros : Le bébé de Brigitte (Lost in Translation), enregistré en septembre 2014, AUM Fidelity 2015

tributetoalbertayler.771d637dcaad3b27fe34e1c91da1740b153Albert Ayler

Un concert à Pantin. Roy Cambell (trompette, trompette de poche, flûte de bambou, effets sonores, voix), Joe McPhee (saxophone ténor, trompette de poche, voix), William Parker (contrebasse, voix), Warren Smith (batterie, percussions, voix).

La voix, la force des mots et des sons, « music », intensité et spiritualité…

Un concert passionnant.

Cd Tribune to Albert Ayler. Live at the Dynamo, enregistré en novembre 2008, Marge 2009

MI0000177961The music of John Carter

Sur des pièces du clarinettiste et de deux morceaux composé par Francois Houle, un disque résolument tourné vers les faces les plus expérimentales du jazz instrumental. Le croisement des sonorités ne se limitent cependant pas à repousser les marges musicales. Les matrices puisent au cœur même de l’histoire du jazz et révèlent des beautés sonores inestimables.

François Houle (clarinette), Dave Douglas (trompette), Peggy Lee (violoncelle), Mark Dresser (contrebasse), Dylan van der Schyff (batterie)

Cd François Houle 5 : In the vernacular, enregistré en octobre 1997, Songlines 1998

Didier Epsztajn

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.