Ce qui ne devrait pas être, pas exister, néanmoins est, existe

9782841747184FSFrançoise Armengaud propose un parcours et des réflexions sur des poètes, sur leurs regards sur la souffrance animale. (Voir présentation du livre et poètes cités: francoise-armengaud-requiem-pour-le-betes-meurtries/)

Un requiem, car « Hors le cadre de la tradition religieuse, le Requiem devient l’expression collective et publique d’un chagrin partagé et de l’intention d’honorer des êtres disparus qui méritent hommage, ou dont l’assassinat appelle justice ».

Il n’est point besoin de partager les positions végétariennes, antispécistes (Voir commentaires sur l’article de Jonathan Fernandez dans le dernier n° de NQF, les-luttes-feministes-sont-traversees-par-des-rapports-de-pouvoir/) pour parcourir ce requiem et en partager le cri et l’indignation, « dire l’insupportable de la souffrance et de la mort infligées aux animaux »

« Meurtrir, c’est blesser et tuer ». Animaux meurtris.

« Nous allons faire une sorte de parcours du sang, depuis la dévastation des sources et appuis de la vie animale, en passant par la chasse et différentes formes de cruautés individuelles ou collectives, sacrificielles, spectaculaires » 

L’auteure commence par un poème de Federico Garcia Lorca « La sangre derremada », le sang répandu…, le cri du poète, « son refus du sang, de voir le sang, que le sang soit versé, le sang de tout vivant quel qu’il soit ».

Poèmes et poètes, Françoise Armengaud parle, entre autres, de sang versé, de dévastation des territoires, de chasse, de cruauté, de boucherie, de méditation sur la mort, du pouvoir de la poésie, d’oracle et de confidence, des idéologies sacrificielles, de préoccupations humano-centrées, d’occultation de la violence, de non-différence entre les meurtres, de ne pas verser le sang…

« Tous les animaux sont sérieux,

Soucieux, Amers,

Amoindris.Les yeux des animaux, glauques d’humiliation.

L’éternité les a humiliés

Toujours – méditatifs

Ainsi que des philosophes

Ainsi que des fenêtres

Ainsi que des champs désolés

Ainsi que le mutisme

Ainsi que la lune »

Aron Lutski : extrait de « Animaux aux aguets » traduit du yiddish par Charles Dobzynski, Anthologie de la poésie yiddish, Gallimard.

Françoise Armengaud : Requiem pour les bêtes meurtries

Essai sur la poésie animalière engagée

Editions Kimé, Paris 2015, 130 pages, 16 euros

Didier Epsztajn

Une réponse à “Ce qui ne devrait pas être, pas exister, néanmoins est, existe

  1. Merci infiniment, Françoise Armengaud.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.