Des enregistrements en 1999

La musique et les disques survivent heureusement aux « contraintes » des surfaces spécialisées ou non, plus ou moins disquaires, mais plus attentives au coût financier, à la vitesse de rotation et au niveau de leurs stocks qu’aux rythmes de diffusion de la musique. Sans oublier la mise en avant des productions des majors au détriment des multiples éditeurs qui nous permettent d’écouter des musiques et non de la programmation « profitable ».

Quelques disques regroupés par année d’enregistrement, ici 1999, au hasard de ré-écoutes récentes.

MI0000335082Saint Louis, Chicago, histoires de jazz. Les musiciens poursuivent leurs explorations musicales. Intégrant les constructions et les énonciations des 30 dernières années, ils nous proposent un jazz expressif. Charme des sonorités de la trompette, du baryton et de l’alto mêlés.

Malachi Thompson (trompette et divers), Oliver Lake, (saxophone alto) ; Hamiet Bluiett (baryton saxophone, clarinette contrebasse), Willie Pickens (piano), Harrison Bankhead (bass) et Reggie Nicholson (batterie).

La liberté de la Great Black Music.

Cd Malachi Thompson : talking Horns, enregistré en mars 1999, Delmark 2001

MI0000265824Hommage à Julius

Julius Hemphill fut un des quatre saxophonistes créateurs du WSQ. Le quatuor dans sa nouvelle configuration, John Purcell (soprano) a rejoint Hamiet Bluiett (baryton), Oliver Lake (alto) et David Murray (ténor), lui rend hommage.

Les timbres des quatre instruments en association-réponse forment toujours un ensemble reconnaissable.

Cd World Saxophone Quartet : Requiem for Julius, enregistré en septembre 1999, Justin-Time 2000

MI0000386893Le disque débute et se termine par une pièce d’Ornette Coleman « Peace ». Le plus souvent en duo Ralph Alessi (trompette, cornet, trompette piccolo) et Shane Endsley (batterie) sont rejoints par Tim Albright (trombone). Duo ou trio, une belle interaction sonore. A noter aussi que lorsque le batteur troque ses baguettes et ses tambours pour une trompette, l’auditeur et l’auditrice gouteront un trio peu commun de deux trompettes et trombone.

J’ai notamment apprécié le « Bye Ya » de Thelonious Monk.

Cd Ralph Alessi : Vice & virtue, enregistré en juin 1999, RKM Music 2002

510GWr10oJL._SL160_Solo de violoncelle. Pièces où Vincent Courtois est accompagné de Noël Akchoté (guitare), Michel Godard (tuba, serpent), Yves Robert (trombone)

Une musique qui va au-delà des murs, qui s’échappe dans les courants…

« Translucide : adj – Qui laisse passer la lumière, sans permettre toutefois, de distinguer nettement les contours des objects »

Cd Vincent Courtois : Translucide, enregistré en juillet 1999, Enja 2000

MI0002025922Si la clarinette de Don Byron s’allie souvent remarquablement avec la guitare de Bill Frisell, je regrette cependant sa relative « fragilité » face aux développements du guitariste déjà cité, du contrebassiste Drew Gress et du batteur Jack DeJohnette, une fois de plus saisissant.

L’ensemble crée des espaces sonores aux rythmes envoutants.

Cd Don Byron : Romance with the unseen, enregistré en janvier et mars 1999, Blue Note

Didier Epsztajn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.