Le plus grand groupe lié à la prostitution : les prostitueurs

reculer2_prdDans sa préface, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse (preface-de-claudine-legardinier-a-louvrage-de-trine-rogg-korsvik-et-ane-sto-dir-elles-ont-fait-reculer-lindustrie-du-sexe-le-modele-nordique/), Claudine Legardinier parle de l’inversion de la charge pénale « en libérant les personnes prostituées des poursuites pour les transférer sur les véritables auteurs de la violence prostitutionnelle, les clients prostitueurs ». Cela en effet contribue à ébranler « l’un des piliers les plus résistants du pouvoir masculin ».

La préfacière parle, entre autres, de la parole des « survivantes », du devoir de répondre de ses actes, de sexualité aux ordres des dominants et du profit, de « consommateur » masculin, de service public proxénète, d’explosion de la traite…

Claudine Legardinier utilise le mot abolition dans un sens socio-historique fort. « Les abolitionnistes, accusé·es de vouloir « éradiquer » la prostitution, n’abandonneront pas. Éradiquer ? Non, abolir. L’esclavage n’a pas été éradiqué mais il a bel et bien été aboli. Aucun État n’oserait plus le justifier, l’organiser ou le laisser prospérer. Le même choix pour la prostitution serait une avancée de civilisation ».

Dans leur introduction, Trine Rogg Korsvik et Ane Stø reviennent sur les mouvements féministes et leurs revendications et combats depuis le XIXème siècle sur la prostitution. J’indique, sans plus y revenir, qu’il serait plus adéquat de parler de « rapport prostitutionnel », ou de « rapport de prostitution » pour souligner qu’il y a toujours plusieurs individu-e-s à chaque fois concerné-e-s : le client prostitueur (dans la très grande majorité des cas un homme), la personne prostituée (dans la majorité des cas une femme) et le plus souvent le/la proxénète, sans oublier les industriels du sexe, les industriels du crime…

Elles parlent de la Convention pour la répression de la traite des personnes et de l’exploitation de la prostitution pour autrui (ONU 2 décembre 1949), de la Convention sur l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard des femmes (ONU 1979), de la Déclaration et le programme d’action de Beijing (1995), de la Convention dite de Palerme (2000).

Violence envers les femmes, envers toutes les femmes, rapports de pouvoirs et de subordination, « L’analyse féministe de la subordination des femmes aux hommes comme effets de structures patriarcales et économiques – plutôt qu’en raison de la nature ou d’un destin inévitable – a justifié le sentiment que cette subordination pouvait être vaincue politiquement ».

Modèle nordique, loi interdisant l’achat de « services sexuels » : « Ce qu’on appelle aujourd’hui le modèle nordique énonce clairement que la catégorie la plus nombreuse dans l’industrie de la prostitution, à savoir celle des prostitueurs, est responsable d’actes criminels d’exploitation », loi visant à transformer les attitudes et à réduire la demande.

Les auteures avertissent : « On ne trouvera pas ici un ouvrage universitaire visant à présenter une vision impartiale du débat sur la prostitution. Bien au contraire, en donnant la parole aux militantes elles-mêmes et à leurs récits personnels et hautement subjectifs, nous cherchons à documenter les actions féministes menées sur cette question depuis quelques décennies ». Cela vaut bien plus que l’indigence de nombreux textes sociologiques qui omettent les rapports sociaux, les rapports de pouvoir, les clients-prostitueurs, parlent de choix ou de consentement, de sexualité et de travail, au nom d’une soit-disant vision « impartiale » ou « scientifique ».

Trine Rogg Korsvik et Ane Stø présentent succinctement les différentes problématiques traitées dans cette anthologie de textes pouvant être lus comme des comptes rendus de luttes sociales. Elles soulignent le lien entre lutte contre l’achat de « services sexuels », lutte contre le viol, mesures contre le harcèlement sexuel, dénonciation de la pornographie..

Elles parlent des mouvements féministes, des refuges pour les femmes, des analyses « concurrentes » de la prostitution. Elles soulignent que parler de victimes de la violence ne suggère « aucune passivité intrinsèque » de la part des personnes concernées mais une énonciation « qui tient l’agresseur et non la victime responsable de l’abus ». Au soit-disant choix martelé par le lobby des proxénètes et des industriels du sexe, elles indiquent que « C’est l’éventuel prostitueur qui a un véritable choix – celui d’acheter ou non un acte sexuel ». J’ajoute que si cet acte a quelque chose à voir avec la sexualité des prostitueurs, il resterait à démontrer que cela puisse être éventuellement le cas pour les personnes prostituées. Je partage l’idée défendue par Christine Delphy : « Il n’y a pas un « acte sexuel », que l’on se procurerait de diverses façons, dans diverses relations : dans le partage, ou dans la prostitution, ou dans le viol, et qui resterait cependant identique à lui même ; il n’y a pas d’essence de l’acte sexuel. »

Trine Rogg Korsvik et Ane Stø décryptent les méthodes et arguments du lobby pro-prostitution, prônent le refus du sectarisme par le mouvement féministe et des alliances larges pour lutter contre la prostitution.

Je ne saurai rendre compte de l’ensemble des analyses de cette anthologie de textes. Je me contente d’indiquer juste quelques éléments.

Suède et la loi Kvinnofrid. Violence conjugale, en fait violences d’hommes à l’égard de femmes, relations prostitutionnelles achetées par des hommes ordinaires de tous les milieux sociaux, liens et interdépendance entre prostitution et traite des personnes. Débat autour des « besoins » sexuels des hommes, « service sexuel » au profit des hommes et désir des femmes, responsabilité de la société…

Norvège. Des feux de joie anti-porno aux luttes populaires contre la prostitution, divisions du mouvement féministe, « approche féministe mettant en évidence les rapports de pouvoir entre les sexes » contre des perspectives individualistes, commerce frontalier et nouvelles alliances, les objets des débats, les acrobaties verbales et les confusions volontairement entretenues, la réalité des victimes décédées de l’industrie de la pornographie et de la prostitution, les migrations et l’industrie du sexe, la chape de silence imposé…

Mouvement féministe, violence, « La définition de la prostitution comme violence infligée aux femmes recèle un potentiel d’action et, par conséquent, de changement », sortir des relations marquées par la violence et l’oppression, témoignages de « survivantes », on meurt dans la prostitution mais comme l’écrit un auteur cité « Aucun homme n’a encore trépassé pour cause d’érection ! », rapports de pouvoir, actes des hommes et refus de savoir, « Tout le monde en avait ras le bol d’une définition étriquée de la sexualité humaine et du mythe d’une prostitution essentielle à la sexualité masculine et au livre choix des femmes », l’égalité par encore là…

Islande. Danemark. « Prends position, mec ! », les échec des politiques réglementaristes aux Pays-Bas et en Allemagne, la prolifération de l’industrie du sexe, la valeur commerciale des jeunes (Lire le chapitre écrit par Rachel Moran : « La prostitution et la valeur commerciale des jeunes » sur l’excellent blog Scènes de l’avis quotidien : http://scenesdelavisquotidien.com/2014/12/04/la-prostitution-et-la-valeur-commerciale-des-jeunes/), le lobby pro-prositution…

Comme l’écrit Rebecca Mott : « En criminalisant l’offre proxénète et la demande masculine, la société enverrait enfin aux personnes prostituées le message qu’elles n’ont jamais été les responsables de la violence qu’elles ont subie – elles étaient piégées dans un monde qui leur dérobait tout accès à une liberté de choix »

De nombreux débats sont détaillés, des arguments couramment employés sont analysés, « les choses ne sont pas toujours ce qu’elles paraissent » et remis en perspective, la rhétorique pro-prostitution est décryptée…

« A chaque occasion, nous avons souligné que le mot « victime » était un concept qui exprime un déséquilibre de pouvoir entre des gens, plutôt qu’une déficience personnelle ».

En mettant l’accent sur les luttes des femmes et plus généralement les luttes de solidarité et de respect, cet ouvrage souligne à la fois ce qu’il est possible, les contradictions et les difficultés des luttes, les limites des législations…

« Avec sa loi contre l’achat de services sexuels, la Suède a montré que la prolifération de l’industrie du sexe n’est en aucune façon inévitable, que la société peut bel et bien intervenir et reprendre le contrôle, et que la prostitution concerne aussi bien notre conception de la situation des femmes que le développement de la société. En deux mots, l’égalité des sexes ».

La pénalisation des clients-prostitueurs est une mesure d’intervention politique. Elle dit quelque chose sur les rapports sociaux de sexe dans leur combinaison avec les autres rapports sociaux de domination, sur la marchandisation des corps et des relations entre individu-e-s, sur l’égalité à construire.

Mais pour être opérante, elle doit être associée à d’autres politiques : la libre circulation et la libre installation des personnes (donc l’attribution automatique de papiers de résidence et le droit au travail), le droit au travail pour toutes les femmes (travail reconnaissant leurs qualifications et correctement rémunéré, à temps plein et non au mystificateur « temps partiel choisi »), des équipements publics et gratuits permettant la socialisation de certaines charges effectuées principalement par les femmes, le souci et le partage des tâches domestiques par les hommes, la lutte spécifique contre les assignations de genre ou la réduction significative du temps de travail pour toutes et tous. Des propositions à articuler avec des mesures d’égalité des droits et d’égalité réelle pour toutes les femmes et des mesures spécifiques de protection pour sortir du système prostitutionnel…

Quelques livres sur le sujet :

Catharine A. MacKinnon : Traite, prostitution, inégalité : eliminer-la-criminalisation-de-la-personne-prostituee-eleve-son-statut-criminaliser-le-prostitueur-reduit-ses-privileges/

Julie Trinquart : La décorporalisation dans la pratique prostitutionnelle : un obstacle aux soins : La violence de base d’un acte sexuel non désiré

Joël Martine : Prostitution: le consentement dissymétrique : Acheter le consentement à un rapport sexuel non désiré est un abus de position dominante

Osez le Féminisme : 10 bonnes raisons d’être abolitionniste : on-ne-nait-pas-clientprostitueur-on-le-devient/

Patric Jean : Pas « client ». Plaidoyer masculin pour abolir la prostitution : Chaque homme est impliqué par la place qu’il occupe dans la structure où il est confortablement installé

Kajsa Ekis Ekman : L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi :  La transgression fétichiste des frontières se différencie de la dissolution révolutionnaire des mêmes frontières

Victor Malarek : Les prostitueurs ; Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe Pas des clients, des prostitueurs

Lilian Mathieu : La condition prostituée : Limites de la sociologie

sans oublier Alternatives Sud : Prostitution la mondialisation incarnée (Centre tricontinental et Éditions Syllepse 2005) ou Richard Poulin : La mondialisation des industries du sexe (Imago 2005)

Quelques textes aussi :

Comprendre la position de l’AFAC sur la prostitution : comprendre-la-position-de-lafac-sur-la-prostitution/

Prostitution – Point de rencontre entre l’exploitation économique et sexuelle : prostitution-point-de-rencontre-entre-lexploitation-economique-et-sexuelle/

Prostitution : Manifeste des traumathérapeutes allemands‏ : prostitution-manifeste-des-traumatherapeutes-allemands%E2%80%8F/

Christine Le Doaré : Au fait, que dit la loi d’abolition de la prostitution ?Au fait, que dit la loi d’abolition de la prostitution ?

Jennifer Lempert : Un mal qui ronge la société : Un mal qui ronge la société

Claudine Legardinier : Prostitution : les « clients » tremblent pour leurs petits privilèges : Prostitution : les « clients » tremblent pour leurs petits privilèges

Christine Le Doaré : Des papillons au ventre ! : Des papillons au ventre !

Lluís Rabell : Une affaire d’hommesUne affaire d’hommes

Joël Martine : Prostitution: le consentement dissymétrique Prostitution: le consentement dissymétrique

Dones d’Enllaç : Syndicalisme et prostitution. Quelques questions embarrassantes : Syndicalisme et prostitution. Quelques questions embarrassantes 

Sylviane Dahan : De l’abolition de l’esclavage à l’abolition de la prostitution : De l’abolition de l’esclavage à l’abolition de la prostitution

Sandrine Ricci, Lyne Kurtzman et Marie-Andrée de Roy : Synthèse du rapport « La traite des femmes à des fins d’exploitation sexuelle : entre le déni et l’invisibilité »Aucun-e être humain ne devrait être «marchandisé-e»

Sylviane Dahan : Catalogne : loi et ordre (des proxénètes) Catalogne : loi et ordre (des proxénètes)


Modèle nordiqueTrine Rogg Korsvik et Ane Stø (dir.) :
Elles ont fait reculer l’industrie du sexe ! Le modèle nordique

Editions Syllepse (http://www.syllepse.net/lng_FR_srub_62_iprod_624-elles-ont-fait-reculer-l-industrie-du-sexe.html), en coédition avec M éditeur (Québec), Paris 2015, 200 pages, 20 euros

Didier Epsztajn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.