Une continuité d’espaces où les hommes font valoir leur loi 

ax 175 couvEdito : À vos marques, prêtes, lisez axelle !

Vous le remarquerez vite : ce premier axelle de l’année est un condensé de ce qui nous préoccupe, de ce qui nous engage, de ce qui nous met en mouvement.

Des promenades, des enquêtes, des rencontres avec des femmes de tous les horizons, de Châtelineau à Bhopal, en Inde, de Bordeaux à Bruxelles en passant par le métro parisien.

L’envie de vous faire participer, à travers nos pages, aux débats qui nous mobilisent – par exemple à travers notre questionnaire sur les allocations familiales.

La proximité avec votre quotidien et notre volonté de vous proposer des contenus multiples, que chacune peut s’approprier à son rythme.

L’ancrage dans un mouvement collectif de femmes, Vie Féminine, et en même temps l’ouverture vers d’autres mondes, vers d’autres expressions des luttes et des révoltes féministes.

Cette grande richesse des informations, ces points de vue alternatifs, ces lectures variées et mobilisatrices se traduisent pour l’instant dans un mensuel de 48 pages, que vous connaissez bien. Afin qu’axelle soit toujours au plus proche de vous, cette formule va-t-elle continuer ainsi, ou bien va-t-elle évoluer ? De quelle manière ? Et sur internet ? Et la diffusion ? Et quels autres projets pour faire vivre notre magazine ?

Pour axelle, 2015 sera une année de chantier, grâce aux analyses, aux études, aux entretiens menés depuis 2013 avec certaines d’entre vous, grâce à des bénévoles et des lectrices passionnées, grâce à « nos » journalistes et à toutes nos belles collaborations. Nous ne savons pas encore tout à fait où nous arriverons, même si nos poches débordent d’idées, mais ce qui est certain, c’est que c’est avec vous que nous cheminerons !

Et, alors que nous prenons la route, nous vous souhaitons une année lumineuse et solidaire.

Sabine Panet

Dossier : Les femmes dans la ville

« L’oeil grand ouvert, axelle s’est promenée entre Bordeaux, Paris et Bruxelles, et dresse le constat d’un espace urbain confisqué ».

Les villes pensées et aménagées pour les hommes. Les exemples donnés, à propos des équipements de loisirs destinés aux activités pratiquées exclusivement par les garçons, sont plus que parlants. Les pouvoirs municipaux et les urbanistes renforcent « une continuité d’espaces où les hommes font valoir leur loi »…

Métro, « un métro nommé ras-le bol » et des réponses de Rima Achtouk, responsable de la campagne Take back the metro ! (« Reprenez le métro ! »). Rendre le droit et la place de circuler. Le dire, par des « teufs de meufs » par exemple…

En complément possible : Marylène Lieber : Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, SciencesPo. Les Presses 2008, rappels-a-lordre-sexue/

Parmi les autres textes publiés, je signale particulièrement :

  • Un petit article sur la « Journée des violences faites aux femmes ». L’auteure souligne que « Le focus est placé sur les victimes, invisibilisant les auteurs des violences, les hommes ». Elle propose : « Journée de lutte pour l’élimination des violences infligées aux femmes par les hommes »

  • L’entretien avec Hafida Bachir, présidente de Vie Féminine

  • Le reportage « Bhotal, trente ans après – Des militantes en quête de justice ». Les auteur-e-s soulignent la non-décontamination du site, l’explosion des taux de cancer, les impacts sur les charges pesant sur les femmes, les mobilisations des femmes… Et toujours l’impunité organisée pour les industriels et les actionnaires de ces sociétés criminelles.

  • « Quand les femmes gagnent moins, mais payent plus ». L’auteure par de « taxe rose » sur des produits similaires à ceux des hommes mais en emballage « spécifiquement féminin » : culotte, déodorant, rasoir, etc., sans oublier le coiffeur. « L’hyperspécialisation permet au marketing de créer des niches, de trouver de nouveaux consommateurs et de fixer des tarifs plus haut : nous avons collectivement tendance à débourser davantage pour un produit dont nous avons l’illusion qu’il réponde pleinement aux besoins ou aux caractéristiques qui nous correspondent ».

  • Une enquête sur les « allocations familiales pour demain »

  • Les femmes et les maladies cardiovasculaires

  • Willis, l’autre chat moqueur (voir : film-danimation-realise-par-sofyia-voznaya-et-willis-from-tunis-musique-de-farouk-khiari-petite-animation-contre-toutes-les-interdictions-arbitraires-faites-aux-femmes-la-solution-dire-non/)

Un journal de nos amies belges à faire connaître

axelle 175, janvier 2015, http://www.axellemag.be/fr/

Didier Epsztajn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.