Aux côtés de Kobané et d’Alep !

Parce que ledit Etat islamique a conquis Mossoul, menacé Bagdad et Kirkourk, mis sous son contrôle une partie de l’Irak et de la Syrie avec les ressources pétrolières afférentes, on nous a reparlé du Moyen Orient. Une Coalition s’est formée derrière les Etats-Unis pour intervenir militairement.Et, à juste titre, on a appelé à « sauver Kobané ».

Mais nous parle-t-on de la formidable résistance du peuple syrien ? Que fait-on pour briser la tragique solitude dans lequel on l’a abandonné ?

Le peuple syrien s’est soulevé, comme acteur décisif du grand mouvement des révolutions arabes visant à se débarrasser des dictatures et à imposer la liberté et la justice. Il est depuis victime de la véritable guerre menée contre lui par le régime de Bachar al-Assad. Avec des bombardements massifs, y compris chimiques, une répression généralisée, des centaines de milliers de victimes, des millions d’exilés et de déplacés, une population massacrée et un pays ravagé… Situation que sont venues aggraver les exactions de l’Etat islamique. Lequel pour imposer sa domination réprime sauvagement les minorités religieuses, chrétiennes, yézidis, chiites, les populations kurdes, et toutes les forces démocratiques. La révolution syrienne se trouve ainsi confrontée à deux contre révolutions : celle d’un régime prêt à tout pour sauver ses intérêts, celle de Daech/EI qui prétend se revendiquer de la religion pour imposer son pouvoir réactionnaire.

Ce ne sont pas des frappes aériennes, menées par ceux qui portent une lourde responsabilité dans la situation créée dans la région, qui pourront apporter une réponse satisfaisante. Une perspective politique globale doit être défendue, qui combine la lutte contre l’Etat islamique et un soutien déterminé aux forces démocratiques syriennes dans leur combat pour en finir avec la dictature de Bachar al-Assad. Ainsi qu’une solidarité complète avec les populations kurdes, par la mise en avant de mesures assurant aux diverses composantes des sociétés du Moyen Orient le respect de leurs droits. Et aussi la reconnaissance effective des droits légitimes du peuple palestinien.

Solidarité avec la révolution syrienne !

Ici, en France, les forces démocratiques et progressistes ne peuvent rester spectatrices, leur intervention est indispensable. Il leur faut s’informer, débattre, s’organiser pour apporter au peuple syrien la solidarité à laquelle il a droit, pour lui fournir l’aide dont il a besoin, en particulier auprès des réfugiés. Pour combattre la montée du racisme, de l’islamophobie et de l’antisémitisme, qu’alimente l’exacerbation des tensions présentes. Comment peser sur une situation dont l’évolution est décisive pour l’avenir, celui du peuple syrien, et aussi celui des autres peuples ?

Venez en débattre

Bombardé, massacré, chassé,

Le peuple syrien résiste

REUNION PUBLIQUE – VENDREDI 21/11

19h – ESPACE JEAN DAME

17 rue Léopold Bellan, 75002 Métro Sentier

Organisé par le collectif AVEC LA REVOLUTION SYRIENNE

Allocution d’accueil de Jacques Boutault,
maire du 2e arrondissement

flyer syrie recto

Interventions de :

° Hala Kodmani, journaliste franco-syrienne, auteur de La Syrie promise (Actes sud)

° Ziad Majed, politologue, auteur de Syrie, la révolution orpheline (Actes sud)

° Farouk Mardam-Bey, éditeur et historien

5 réponses à “Aux côtés de Kobané et d’Alep !

  1. Ce n’est pas une polémique, c’est une discussion.
    Bernard Fischer

  2. Ce sont bien deux phrases distinctes et il y a bien un point entre les deux phrases.

    Bernard Fischer

    • Dans la phrase tronquée, il manque juste « menées par ceux qui portent une lourde responsabilité dans la situation créée dans la région »
      La second phrase précise le sens général.

      Pour le reste, chacun-e appréciera le ou les sens possibles….
      Une mauvaise polémique à mon sens !!!

  3. Dans le message ci-dessus, il y a une phrase selon laquelle « ce ne sont pas des frappes aériennes (…) qui pourront apporter une réponse satisfaisante ».

    Les kurdes de Kobanê ne sont pas d’accord.

    Ils soutiennent les frappes aériennes, ils en demandent plus.

    Bernard Fischer

    • il ne faut pas tronquer les phrases : « Ce ne sont pas des frappes aériennes, menées par ceux qui portent une lourde responsabilité dans la situation créée dans la région, qui pourront apporter une réponse satisfaisante. Une perspective politique globale doit être défendue, qui combine la lutte contre l’Etat islamique et un soutien déterminé aux forces démocratiques syriennes dans leur combat pour en finir avec la dictature de Bachar al-Assad »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.