M. HAMON, faites enseigner l’arabe par l’Etat

Monsieur le Ministre de l’Education Nationale,

En dépit d’engagements répétés, l’enseignement de l’arabe dans le service public reste dans une situation d’abandon. Pour l’avenir de notre culture, de nos échanges, et pour celui de la francophonie, l’absence d’une offre d’enseignement cohérente risque d’avoir un coût élevé. Le monde arabe est le premier partenaire économique et culturel de la France, ne l’oublions pas.

Votre prédécesseur, M. Vincent Peillon, déclarait le 12 février dernier : « J’ai annoncé aujourd’hui que, pour l’enseignement de l’arabe, qui était abandonné, comme celui de l’allemand depuis des années, nous allons mettre les moyens nécessaires… Cette offre est culturelle, elle est aussi l’avenir de l’Europe et de la France. Les développements sont en grande partie de l’autre côté de la Méditerranée. » D’autres puissances « font l’investissement, et nous qui avons ce passé commun, cette richesse commune, nous en serions absents pour des raisons idéologiques, c’est une folie. »

Plus de quatre millions de nos concitoyens sont originaires de cette région du monde. L’arabe est de ce fait la deuxième langue la plus parlée en France. Et pourtant, son enseignement dans le secondaire cède le terrain au secteur associatif. Ce n’est pas normal.

Choisir de l’étudier dans le service public relève du parcours du combattant. Dans quarante-cinq départements, l’arabe n’est pas du tout enseigné. A Paris, seuls trois collèges le proposent. Résultat : sur l’ensemble des élèves du secondaire en France, seuls 9 000 bénéficient d’un enseignement de cette langue. Par contraste, selon le ministère de l’Intérieur, 65 000 élèves suivent des cours dans des associations communautaires, soit 6 fois plus qu’à l’Education Nationale.

L’arabe serait-il la langue oubliée de la République ?

Au ministère de l’éducation nationale, certains martèlent qu’il n’y a pas de problème d’offre, mais plutôt une demande trop faible pour qu’il soit possible de maintenir des classes en collège et en lycée. La réalité dément ces affirmations : on en vient aujourd’hui à embaucher des contractuels… Et le nombre de jeunes apprenant l’arabe dans le secteur associatif est en forte expansion depuis le milieu des années 1990.

Les parents ou les élèves exprimant le besoin d’un cours d’arabe peuvent bien écrire aux chefs d’établissements et aux recteurs d’académies, cela ne change rien. On leur oppose des fins de non recevoir.

Pour l’allemand, langue avec laquelle nous entretenons des liens historiques et économiques – comme pour l’arabe – on peut mesurer aujourd’hui les résultats obtenus en quelques années d’une politique déterminée et cohérente. C’est, Monsieur le Ministre, ce que nous vous demandons clairement : une politique déterminée et cohérente pour la langue et la culture arabe.

A commencer par le rétablissement immédiat et durable du CAPES d’arabe, et l’augmentation des postes au CAPES et à l’agrégation.

En refusant de prendre en compte la demande des élèves et de leurs parents, on encourage l’exclusion que l’on pensait combattre. De plus en plus de jeunes sans lien d’origine avec cette culture, veulent connaître cette langue. Car l’arabe se révèle comme un atout professionnel majeur qu’il faut promouvoir.

Ensemble en signant cette pétition, nous voulons encourager le gouvernement à réparer cette injustice.

Monsieur le Ministre, nous demandons votre soutien et votre action rapide.

Il est urgent d’ouvrir des classes dans les collèges et les lycées.

Il est urgent de donner à la langue arabe la même place que les autres langues.

Pour signer la pétition : https://secure.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_Benoit_HAMON faites_apprendre_larabe_par_lEtat/?tiHyaab

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.