Donner à voir, pour les inscrire dans l’histoire visuelle, des féministes en tant que sujets de leur portrait

2Laurence Prat indique, entre autres, « je propose depuis longtemps une égalité de la présentation des femmes et des hommes ». Elle a choisi de les « photographier avec une lumière « crue » et directe, en couleurs et sur simple fonds noir ». Ces portraits photographiques sont magnifiques de présence, personne, visage, regard, main, femmes…

La photographe explique les mises en portrait habituelles, la structuration des hommes, l’adoucissement des femmes, « les traits d’une femme s’effacent subtilement pour que le portrait soit réussi alors que ceux d’un homme s’affirment ». Le genre de la photographie et des regards.

Pour les groupes de « personnes au travail », Laurence Prat indique qu’elle déplace les uns et pour replacer les unes et « trouver ainsi une égalité de gestuelles et de positions, afin de ne pas induire une hiérarchie entre les sexes dans un contexte d’équipe et d’égalité de postes ».

Elle termine ainsi sa courte présentation : « L’exposition auteures/autrices, est une invitation à mettre en lumière le sujet des portraits de femme, à lui donner une visibilité nouvelle pour faire bouger les lignes et les points de vue ».

J’indique le nom des auteures/autrices et je rappelle quelques fois des textes ou des livres et des liens. Des mots en contrepoint…

Nicole-Claude Mathieu : L’anatomie politique. catégorisations et idéologies du sexe, La définition du sexe comporte toujours un aspect stratégique, c’est-à-dire politique, dans la gestion des relations entre les sexes. « Quand céder n’est pas consentir »

Anaïs Bohuon : Le test de féminité dans les compétitions sportives. une histoire classée X ?, Contre la fiction du naturel, l’archipel du genre

Emmanuèle Jawad.

Françoise Picq : Sous la direction de Françoise Picq et Martine Storti : Le féminisme à l’épreuve des mutations géopolitiques, L’identité, définie une fois pour toutes, n’est qu’une fiction. Le féminisme « vise l’accession des femmes à l’identité subjective et à la position de sujet, contre les traditions de soumission et le statut d’objet d’échange ».

Martine Storti : Sous la direction de Françoise Picq et Martine Storti : Le féminisme à l’épreuve des mutations géopolitiques, L’identité, définie une fois pour toutes, n’est qu’une fiction

Suzanne Robichon : introduction à Rosa Bonheur : « Ceci est mon testament », Un acte à l’aune de l’audace et de la liberté dont elle fit preuve toute sa vie. « elle brise la loi patriarcale qui ne reconnaît pas d’autres liens que familiaux ».

Christine Aubrée.

Andrée Michel : Féminisme et antimilitarisme, Le système militaro-industriel pratique une politique de genre dynamique et le texte d’hommage de Joëlle Palmieri : Andrée Michel, ou la passion de résister

Isabelle Auricoste : Six roses, Blaguer, oui. Mais d’abord chercher la sortie

Pinar Selek : Loin de chez moi… mais jusqu’où ?, Analyser les blessures de la société pour être capable de les guérir

Eliane Viennot : texte dans le recueil Sous la direction de Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Christine Planté, Michèle Riot-Sarcey et Claude Zaidman : Le genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littératureContester la prééminence chronologique et analytique du sexe biologique sur le « genre »

Dominique Fougeyrollas-Schwebel : Sous la direction de Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Christine Planté, Michèle Riot-Sarcey et Claude Zaidman : Le genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littératureContester la prééminence chronologique et analytique du sexe biologique sur le « genre »

Françoise Basch.

Elsa Dorlin : Sous la direction d’Elsa Dorlin : Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Rapports sociaux consubstantiels et coextensifs ou Black femininism : Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, textes choisis et présentés par Elsa Dorlin, Sujet politique du féminisme – qui est ce NOUS de  » Nous les femmes  » ?

Katy Barasc.

Anne-Marie Faure-Fraisse.

Lydie Rauzier.

Corinne App.

Béatrice Fraenkel.

Anne Larue : Dis papa, c’était quoi le patriarcat ?Les femmes occultées, biffées, minorées, méconnues

Brigitte Lhomond.

Jules Falquet : Préface au livre de Pinar SELEK, Devenir homme en rampant, Jules Falquet, 2013. Préface au livre de Pinar SELEK, Devenir homme en rampant, Paris, l’Harmattan.

Les Cahiers du CEDREF : Théories féministes et queers décoloniales : interventions Chicanas et Latinas états-uniennes, Coordonné par Paola Bacchetta et Jules Falquet avec Norma Alarcon, Ce n’est pas nier, mais affronter les différences entre femmes qui peut nous rendre plus fortes

Sous la direction de Jules Falquet, Helena Hirata, Danièle Kergoat, Brahim Labari, Nicky Le Feuvre, Fatou Sow : Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Le genre est un organisateur clé de la mondialisation néolibérale

De gré ou de force. Les femmes dans la mondialisation, L’inexistance d’un neutre universel« s’il perd sa reine et ses servant-e-s, le roi est nu et il ne survivra pas une semaine »

La Barbe Groupe d’Action Féministe :

La Barbe félicite le théâtre de l’Odéon et Luc Bondy

Le Festival de Cannes 2012 : Un homme est un homme !

Un rouleau compresseur médiatique en marche pour réhabiliter les grands hommes

Oristelle Bonis : texte dans Cahiers du genre : Rétrospectives, Certaines pratiques sociales ne sont compréhensibles qu’en prenant en compte leur intersection. « iXe, l’inconnue de l’équation, s’attribue la marque du genre pour la poser en question »

Un livre à feuilleter pour croiser des regards de femmes, de féministes. Et à offrir sans modération.

« La série auteures/autrices, participe à sa démarche de donner à voir, pour les inscrire dans l’histoire visuelle, les féministes en tant que sujets de leur portrait, de leur représentation de soi, au-delà des lumières genrées auxquelles notre regard est si habitué » Sibylle Schweier

Laurence Prat : auteures / autrices

Portraits photographiques

Editions iXe, http://www.editions-ixe.fr/, Donnemarie-Dontilly 2014, 57 pages, 15 euros

Didier Epsztajn

2 réponses à “Donner à voir, pour les inscrire dans l’histoire visuelle, des féministes en tant que sujets de leur portrait

  1. Bonjour, je n’ai pas eu le plaisir de vous dire bonjour le soir du vernissage mais je vous remercie pour votre article. Je souhaite mettre un lien entre la page que je suis entrain de construire sur mon site internet, au sujet de l’exposition et votre article. êtes vous d’accord ? Dans le cas inverse prévenez moi je vous citerai simplement sans lien. Merci encore et à bientôt.
    Laurence Prat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.