Jazz en dialogues (2)

Quelques enregistrements pour sortir des « sentiers battus » et errer dans les sonorités d’un instrument doublement présent. Parfois, en usage par delà les traditions. Des moments d’échanges ou de construction ensemble. Pour plonger dans des musiques qui ne s’épuisent pas dans une première écoute. Au hasard de ré-écoutes récentes. Voir précédente note : Jazz en dialogues

Sur le duo Chick Corea/Stefano Bollani :« Oviedo », voir la note de Nicolas Béniès : Tout sur le piano

cd1« Il était une fois deux voyageurs infatigables : André Jaume et Raphaël Imbert ; alchimistes souffleurs de sons, façonneurs de jazz. Ils se réunissent, ici, en un projet concocté par Alain Soler. Deux générations se croisent et se trouvent alors singulièrement. L’une regarde vers le passé l’autre vers l’avenir. Tout est presque dit dans ce titre mythologique :  »Janus » dieu romain au double visage couvrant l’entrée des portes. Passé et avenir se rassemblent ici en un duo organisé subtilement, laissant l’imaginaire opérer, les énergies mettent en œuvre, et le mystère prendre corps. Toutes les composantes du Jazz sont aussi réunies ; tradition, folie, humour jubilatoire, laché-prise jalonnent cette session et la délivrent en un aventureux et splendide voyage musical. Tout est (presque) accompli » (Jean-Pierre Ulpat)

Double en effet. Comme deux cheminements s’entrecroisant, entre présent, passé et futur. De jubilatoires improvisions sur des prétextes musicaux composés et organisés par Alain Soler.

Cd André Jaume (clarinette basse, saxophones, flûte) et Raphaël Imbert (clarinette basse, saxophones) : « Janus », Orkhêstra, enregistré en janvier 2012

cd2« L’œuvre de Lennie Tristano, singulière et moderne, ouvre bien des espaces. En synergie avec elle, notre dialogue reste libre et ludique ».

Deux pianistes et des espaces ouverts, « East Eban », des inspirations multiples, « You Don’t Know What Love Is ». Une promenade vers des « terres lointaines » et des sourires aux « disgressions ». Des dialogues libres, une expression chaleureuse. Un disque à savourer. Libre et ludique

Cd Stéphan Oliva / François Raulin : « tristano », enregistré en janvier 1998, émouvance 1999

cd3« …pour le respect des deux voix distinctes, pour leur différence… »

Duo, dialogues, unissons, doigts et archets, le souci de l’autre, deux pas sur le coté, échange de rôles, pas des promeneurs, etc.

Une belle conversation en jazz.

Cd François Mechali, Beb Guerin : « Conversation », enregistré en septembre 1980, Nato 2005

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.