De la responsabilité du FMI, de la Belgique, de la France ou de l’Église catholique…

4« Car si le génocide de 1994 est souvent présenté comme un événement interne au Rwanda, il ne peut se comprendre qu’au sein d’un contexte géopolitique international, miné par les nombreuses ingérences étrangères ».

Renaud Duterme indique : « Cette histoire, volée à la population rwandaise, constitue un triste cas d’école pour qui veut comprendre les difficultés que traversent nombre de pays du tiers monde, causées par les politiques impérialistes ».

Un petit livre, très complet, où l’auteur analyse et met en juste accusation, les colonisateurs et leurs racialisation des catégories sociales, l’église catholique, les États belge et français, etc.

Il souligne les responsabilités directes des politiques internationales, les injonctions de la Banque mondiale et du FMI, les livraisons d’armes ou les silences complices.

Renaud Duterme souligne à la fois les conditions du génocide des Tutsis, car il s’agit bien d’un génocide, les complicités de la communauté internationale et le révisionnisme, en particulier en France, niant celui-ci. Il ajoute qu’« il est légitime de se poser la question de savoir qui de l’Organisation des Nations Unies ou des États devraient répondre de ces actes », sans oublier les responsabilités de l’Église catholique.

Les passages sur la « logique de négation », sur les liens entre génocide et négationnisme, sur l’invention du double génocide, sur la « tuerie habituelle » sont particulièrement pertinents.

L’auteur insiste aussi sur « La dimension financière du génocide », en analysant « les liens entre génocide et l’économie mondialisée, notamment aux travers de la dette et des Programmes d’Ajustement Structurel (PAS) » et en soulignant le rôle de la dette odieuse, des cultures de rente, de l’injonction du libre marché, des politiques économiques imposées, etc. Il discute aussi de réalités actuelles du Rwanda et de cette région du monde.

L’État français, l’Église catholique et les Institutions internationales doivent répondre de leurs actes et les populations obtenir réparations. Il faut en finir avec l’irresponsabilité juridique organisée des criminels.

Un petit livre à faire connaître.

Renaud Duterme : Rwanda. Une histoire volée

Dette et génocide

Editions Tribord / CADTM, Mons (Belgique) 2013, 108 pages, 4 euros

Didier Epsztajn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.