Autour du Duke

Duke Ellington ne fut pas seulement pianiste ou chef d’orchestre, il fut un très grand compositeur. Ses créations sont reprises, réappropriées, redessinées ou déconstruites par d’autres musicien-ne-s. Variations, au hasard de ré-écoutes récentes.

Jaki Byard donne une interprétation très mélodique de « Solitude » tout en assurant un véritable dialogue entre ses mains virtuoses. Le pianiste offre un « Caravan » très rythmé, à la fois proche du thème et grâce au décalage entre les aigus et les graves du piano, superbes aigus, désaxé, décalé, comme intégrant d’autres histoires du piano-jazz.

Jaki Byard : « To Them-Tous »,  Cd Soul Note, 1982

 

Une magnifique pochette et un petit livret richement illustré, photos, croquis, peintures. Un bien bel objet. Et un disque de grande qualité technique, que les enregistrements soient faits à Meudon ou à Minneapolis.

« You’ve got to find some way of saying it without saying it »

Dans des configurations instrumentales variées, différentes pièces enregistrées par Duke Elligton.

Dès la première écoute, une présence musicale forte, une évidence et des remémorations sur les pièces connues (écoutées antérieurement). Des lectures modernes, ancrées dans les traditions musicales, des interprètes uni-e-s pour un très bel hommage.

« Le monde de Duke Ellington est un monde de danse, de chavirements et d’orfèvrerie sonore. Jouer sa musique, c’est se mettre au service d’un influx créatif unique qui a la vertu d’appeler à des prolongements fugitifs d’aujourd’hui » (Benoît Delbecq).

Benoît Delbecq (piano, piano préparé, bass-station)

Sessions de Meudon : Steve Argüelles (batterie, timbales, percussions, électroniques), Jean-Jacques Avenel (contrebasse), Tony Coe (clarinette, saxophone soprano), Antonin-Tri Hoang (clarinette basse, saxophone alto) et Tony Malaby (saxophone ténor, saxophone soprano).

Sessions de Minneapolis : Michael Bland (batterie), Yohannes Tona (basse), The Hornheads composé de Michael Nelson (trombone), Steve Strand (bugle), Dave Jensen (bugle), Kenni Holmen (saxophone ténor) et Kathy Jensen (saxophone baryton, clarinette).

Benoît Delbecq : « Crescendo in Duke » Cd Nato, 2012

 

 

1960 à New-York le 27 et 28 avril, Dizzy Gillepsie et son orchestre, puis 4 morceaux de Dizzy au Newport Jazz Festival le 1 juillet de la même année toujours Dizzy mais cette fois en quintette. A la fois l’univers du Duke et la touche Dizzy.

Cd « A portrait of Duke Ellington », Essential Jazz classics

 

 

Daniel Schläppi à la contrebasse et Marc Copland au piano pour un enlevé « Things Ain’t What they Used To be ». Une lecture vivifiante.

Daniel Schläppi : « Essentials » Cd Catwalk, 2012

Pour la critique de ce cd voir Nicolas Béniès : Entendre le murmure du temps…

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.