Marx bouge encore… Comment lire Marx ?

Karl Marx n’en finit pas d’être redécouvert. La crise systémique du capitalisme actuelle y est pour beaucoup comme la déliquescence de l’idéologie libérale incapable de l’expliquer sans parler de la combattre. Il redevient une référence. Son retour devient un symptôme, un indicateur de la profondeur des récessions ou des éclatements des bulles financières. Peu de théoriciens peuvent se vanter d’une telle actualité. Il a suscité des commentaires nombreux, des gloses, des lectures dont celle d’Althusser ou de Castoriadis qui font l’objet, à leur tour d’appréciations critiques. Aujourd’hui, les commentaires se sont raréfiés. La lecture de Marx – du Capital en particulier – est devenue plus éclatée, pour aller chercher, dans les concepts et la méthode, une sorte de « boîte à outils » pour comprendre le monde. De ce fait, Marx a tendance à disparaître derrière une partie de son œuvre. Le « Manifeste du Parti Communiste » ou « Le 18 brumaire » ou encore « La Commune de Paris » sont séparés de sa grande réalisation, ce Livre I du Capital.


Il fallait rendre à Marx toute sa place en présentant sa carte de visite. « Marx, prénom : Karl » est cette tentative. Pour rendre compte d’une pensée en mouvement et pour éviter de la figer Pierre Dardot et Christian Laval ont voulu construire un parcours d’un philosophe de son temps qui veut détruire la philosophie idéaliste, métaphysique pour partir et arriver au monde « réel », pour donner les moyens théoriques de le comprendre et de le transformer. Marx a « digéré », « ruminé » dirait Nietzsche toutes les philosophies des Lumières à commencer par Hegel dont il est un lecteur et un connaisseur. Pour approcher le monde réel, il lira aussi les grands économistes que sont Adam Smith et David Ricardo et tous les autres théoriciens du temps, comme les socialistes français à commencer par Saint-Simon, chez qui il trouvera le concept de « lutte des classes » et Proudhon. Les auteurs démontrent l’influence prédominante de Hegel, philosophe des philosophes, pour la construction de cette méthode essentielle, la dialectique associée au matérialisme historique, pour appréhender les processus à l’œuvre, pour une analyse en dynamique, via la lutte des classes. Ils passent en revue concepts et méthode de Marx pour le rendre vivant. Une lecture difficile, alourdie par les références à l’allemand pour éviter les fausses traductions mais une lecture nécessaire pour (re)découvrir Marx débarrassé d’un certain nombre d’oripeaux.


Pour les néophytes, je conseille de commencer par « Marx et l’invention historique » de Isabelle Garo pour lutter contre la figure d’un Marx déterministe, pour le rencontrer dans le champ des possibles. Son dernier chapitre, sur le fétichisme de la marchandise, est un excellent complément.

 La réédition de « La pensée marxiste » de Jacques Ellul – non citée dans le Marx de Dardot et Laval – reste une présentation agréable et lumineuse. Une introduction intelligente même si certains concepts ne sont pas totalement expliqués.

P. Dardot et C. Laval : Marx, prénom : Karl, Essais/Gallimard, 809 pages

Garo : Marx et l’invention historique, Mille Marxismes/Syllepse, 187 pages (autre lecture  Des formes collectives d’innovation et d’invention au cœur du processus historique)

J. Ellul : La pensée marxiste, La petite vermillon/La table ronde, 346 p. (dans cette même collection, sont réédités son grand classique « L’illusion politique » ainsi que « Sans feu ni lieu. Signification biblique de la grande ville » et « La subversion du christianisme ».

Nicolas Béniès

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.