L’indétermination prit les dimensions d’une dette non soldée

« les livres ne sont pas comme les trains… on peut les laisser partir et les reprendre (ou non) plus tard »

De livre en livre, Sergi Pàmies construit un univers très particulier, au charme fort.

Tantôt nouvelle, tantôt texte, ses histoires nous montrent des femmes et des hommes aux prises avec le quotidien, quelquefois absurde. Les gestes sont souvent inattendus « On lui a recommandé si souvent de chercher les réponses à l’intérieur de lui-même qu’un beau jour il organise une expédition ».

Une lecture plus qu’agréable, pour cette lucidité ironique, révélant ou masquant un regard acéré sur nos relations « quand on vous dit qu’une histoire est finie, il est important de ne pas insister, de ne pas se battre et d’y mettre, de la façon la plus digne et la plus rapide possible, un point final ».

Sergi Pàmies : La bicyclette statique

Traduit du catalan par Edmond Raillard

Editions Jacqueline Chambon, Arles 2011, 108 pages, 14,50 euros

Didier Epsztajn

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.