Le coin du polar février 2012 (3)

Est-ce parce que Folio fête son quarantième anniversaire que la collection – superbe – Folio/Policier reprend les Dashiell Hammett, le créateur du polar américain après Edgar Allan Poe en une version plus crue, plus proche de la rue, des mondes pourris du capitalisme, en une nouvelle traduction due à Nathalie Beunat et Pierre Bondil ? Il faudrait comparer l’ancienne, publiée dans les premiers volumes de la collection, et la nouvelle pour se faire une idée du travail réalisé. Dashiell Hammett en sort grandi. C’est la reconnaissance de son style particulier lié au jazz des ces années 1920. La traduction voulue par Duhamel pour la série noire portait l’empreinte du style français de ces années là marqué par l’utilisation de l’argot parisien, celui des Apaches (terme emprunté aux nations amérindiennes pour les marlous de cette époque, plus celle de l’entre-deux-guerres que celle des années 50). Cette redécouverte est nécessaire et vitale. Si vous ne possédez pas le Quarto qui reprend tous les romans de Hammett, il faut vous précipiter vers cette fausse-vraie nouveauté. Vous ferez ainsi l’expérience de l’inquiétante familiarité. Si vous ne connaissez pas Hammett, profitez de l’occasion… qui fait le larron…

« Le faucon maltais » et « L’introuvable » sont disponibles dans la collection Folio/Policier. Voir mon article sur l’édition Quarto des Œuvres de Dashiell Hammett Polars, jazz… Splendeurs et misères du 20e siècle

 Le polar dans le vent, c’est le polar historique.


Joachim S. Valdez
, pseudonyme d’un auteur français fasciné par les peuples andins – « Celui qui sait lire le sang » et « Puma qui sommeille » rendent hommage à l’empire Inca du 15e siècle – a voulu se lancer dans une saga du Duc de Bourgogne à la fin de la guerre dite de 100 ans. Le premier tome paru, « Les larmes des innocentes »… l’auteur a quitté cette terre nous laissant sans nouvelles de Jacques de Moroges. C’est dommage. Il ne nous reste que cette mise en bouche des aventures de ce nobliau qui avait scellé son sort à celui du Duc de Bourgogne. Une autre manière d’écrire l’histoire de cette France qui n’existait pas encore vers 1450. Les alliances n’étaient pas liées à l’amour de la patrie mais à l’amour de son territoire, de son domaine aussi grand soit-il. L’Histoire est faite de ruptures, de révolutions. La continuité est seulement apparente. L’auteur sait nous faire comprendre la manière de raisonner de ce temps où la nation n’existe pas encore. La loyauté est celle que l’on doit à son suzerain. En ces temps troublé, la Pucelle d’Orléans n’est pas la même figure d’un côté ou de l’autre des protagonistes. Si Charles VII en a fait une Sainte, la Bourgogne en a fait une sorcière dont le sort est lié à Gilles de Rai considéré comme un criminel notoire et pédophile. Cette description part du plusieurs meurtres de jeunes filles, pucelles ou non, que le « détective » Jacques de Moroges est chargé d’expliquer à l’aide d’un docteur arabe et sa compagne. Il y réussira. Un amour partagé pour sa cousine nous laisse espérer des épousailles et son départ pour la cour du Duc de Bourgogne d’autres aventures… qui resteront à l’état de projet… A découvrir.

Joachim S. Valdez : Les larmes des innocentes, Folio/Policier

Jonathan Rabb, en une trilogie « Rosa » – superbe hommage d’un amoureux à Rosa Luxembourg et à ce Berlin de l’après première guerre mondiale -, « L’homme intérieur » – les trajectoires des deux fils du commissaire Hoffner, l’un se voulant Juif, l’autre nazi – et « Le second fils » qui clôt cette saga centré autour de Hoffner et de la trajectoire qui va de la guerre à la guerre. Rabb reprend à son compte la thèse de Keynes qui faisait du traité de Versailles et des dommages de guerre que l’Allemagne devait payer une des causes de la montée de Hitler. L’autre cause non soulignée c’est la division profonde des forces du mouvement ouvrier incapable de trouver une riposte commune face au nazisme. Pourtant l’exemple de l’Italie était sous leurs yeux. Hoffner est viré de la police, en cette année 1936, du fait de ses origines juives. Georg, son cadet qui s’est voulu Juif, est en Espagne pour filmer la guerre civile et pour d’autres raisons plus ou moins avouables, en lien avec les services secrets britanniques. Il n’a pas donné de ses nouvelles. Le père décide de partir. Il a besoin d’aide et il la trouve chez les… truands… plutôt anti-nazis. Paradoxe qui se retrouvera dans la Résistance en France. Le périple en Espagne est un peu laborieux. Trop centré sur Hoffner et sa compagne, un docteur d’origine russe. On y croit à peine. Trop distancié comme si l’auteur n’y avait pas cru lui-même. Ne se retrouve pas la force de la description de Berlin. Les villes espagnoles – Barcelone la catalane semble ne pas vouloir sortir du brouillard de la chaleur, comme les autres – ne se retrouvent pas dans les descriptions comme les populations de cette Espagne en ébullition. En 1936, les peuples de cette Espagne rêve encore de la victoire grâce à l’aide des démocraties occidentales. Plus encore, les procès de Moscou ne sont qu’effleurés dans leurs conséquences sur la répression des organisations espagnoles, anarchistes comme le POUM. Il y manque le souffle. Hoffner est vieux, ce peut-être une des explications de cette absence et il est marqué par la défaite allemande. Par contre, Rabb excelle dans la façon de montrer l’ambiguïté de la politique britannique ménageant le gouvernement légal et les forces armées responsables du coup d’Etat. Le désespoir est total. Tout meurt autour de lui. Sauf son petit-fils. Il ne reste plus rien. Que la guerre qui vient.

Jonathan Rabb : Le second fils, traduit par Eric Moreau, 10/18

Nicolas Béniès

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.