La question du partage des tâches domestiques n’est pas d’ordre privé

« L’objectif de cet ouvrage est de porter au jour les logiques à l’œuvre dans ce segment particulier des emplois domestiques, pour les articuler avec les autres dimensions du ménage, et notamment avec toutes les formes d’exploitation et de discrimination que subissent les femmes par le biais du travail domestique »

Les auteur-e-s, en introduction, soulignent que le ménage renvoie « aux rapports de genre, à la définition du travail et à sa division ». Ce fondement matérialiste (les auteur-e-s n’utilisent pas le terme) est important. La domination des hommes sur les femmes n’est pas un fait de nature ou d’essence, mais une construction sociale. On ne naît pas un balai dans les mains !

Les auteur-e- ajoutent que les emplois domestiques sont largement occupés par des personnes immigrées.

François-Xavier Devetter et Sandrine Rousseau précisent que « L’accomplissement régulier du ménage renvoie d’abord à la question de l’inégalité entre les hommes et les femmes ».  Alors que les pouvoirs publics promeuvent les « services à la personne », il convient de comprendre pourquoi ces « emplois » n’en sont pas.

Dans une première partie « D’une activité invisible à un travail sans valeur », les auteur-e-s vont analyser ce « nettoyer, balayer, astiquer », assigné aux femmes (y compris dans sa dimension double journée de travail), ces tâches invisibles, mais dont l’absence est mal perçue, ce sale boulot par excellence et ses conditions d’externalisation « le recours à des services marchands ».

Il et elle attirent l’attention sur les significations et les modifications induites dans les relations inégales entre sexes « Surtout, cette moindre inégalité au sein des couples aisés se fait par le recours aux tierces personnes, le plus souvent des femmes qui, elles, ont toutes les chances de connaître une vie entière vouée aux taches ménagères » ou « Pour le dire autrement : l’existence d’une personne rémunérée réduit fortement la proportion des ménages partageant équitablement les tâches domestiques, et il semblerait même que l’économie en temps faite par l’homme soit proportionnellement plus importante que celle des femmes. »

Il et elle traitent aussi de l’impact de la transformation des tâches ménagères : « L’externalisation, loin de revaloriser ces tâches, tend à renforcer leurs aspects les plus ingrats (on relègue le pire du  »sale boulot ») tandis que, en les intégrant dans un rapport marchand contractualisé, on prive ces activités des dimensions qui peuvent les rendre acceptables dans la sphère domestique (quand elles ne sont pas déléguées à un tiers) : l’engagement affectif, l’appropriation de l’espace privé, la mise en valeur esthétique, etc. »

Dans une seconde partie les auteur-e-s interrogent « La délégations des tâches domestiques comme symbole d’un modèle de société ? »

En partant d’un  »constat » « Désormais, le recours à une femme de ménage serait plus un luxe mais une dépense souhaitable, car favorable à la croissance », il et elle montreront que la domesticité n’a jamais disparu, que derrières le fourre-tout des services à la personne se cachent des activités fort différentes (« la seule existence des services à la personne est de nature fiscale »).

François-Xavier Devetter et Sandrine Rousseau ajoutent, après avoir analysé et chiffré les coûts de la création d’emplois dans les services à la personne « Ces évaluations conduisent alors à un coût par emploi (équivalent temps plein) créé de l’ordre de 50.000 € (soit un coût budgétaire supérieur à bien des emplois de la fonction publique…) », les auteur-e-s, outre le caractère coûteux pour la collectivité, soulignent leur médiocre utilité sociale. Sans oublier que « Désormais le mode ultra-dominant est celui de la femme de ménage intervenant un nombre limité d’heures par semaine chez plusieurs employeurs différents ».

Après avoir souligné « L’inégalité fondamentale de la relation dans l’emploi domestique fait l’objet d’une dénonciation récurrente dans de nombreux pays. Les questions sociale, raciale et de genre s’entremêlent ici pour souligner les dérives possibles et la dureté de certaines conditions d’exploitation », je ne fais que citer trois phrases de la partie « De  »sales boulots »» :

  • « des salaires faibles, conjugués à des temps de travail réduits, ne permettant pas toujours de dépasser le seuil de pauvreté ; la sécurité de l’emploi demeure limitée ; les conditions de travail cumulent pénibilité et mépris social. »
  • « le coût du travail est abaissé par le refus de prendre en compte les temps nécessaires au travail mais exclus du calcul du temps de travail effectif »
  • « le rapport salarial dégradé apparaît alors comme le reflet d’un rapport social peu compatible avec une démocratie sociale. »

Puis les auteur-e-s analysent en détail « Des logiques de demande fondamentalement inégalitaires » en soulignant entre autres que « une demande forte et durable de services domestiques dépend bien de l’existence d’une main-d’œuvre bon marché » et que « la spécificité des emplois domestiques tient dans l’ajout d’une dimension symbolique parfois très violente. » Il et elle en déduisent « L’impossible  »modernisation » des services domestiques ».

François-Xavier Devetter et Sandrine Rousseau ouvrent la dernière partie de l’ouvrage par une question très  »symbolique » : « Que faire ? » Les réponses sont articulées et commencent par un très nécessaire et actuel « d’abord par la remise en cause des pratiques masculines et, au-delà du foyer, par la réduction du temps de travail. »

Il et nous rappellent aussi que « ‘Solvabiliser la demande » est un euphémisme pour désigner des transfert monétaires massifs organisés par les pouvoirs publics » et nous convient à réfléchir sur « La morale de cette histoire » : « l’acceptation du désordre et la limitation des consommations coûteuses en temps sont également des moyens de réduire le  »besoin » d’une femme de ménage. »

Sans suivre totalement les auteur-e-s dans leurs appréciations sur les services à la personnes, je souligne une de leurs conclusions « Pour que le domestique recule et que le professionnel progresse, pour que le modèle de l’aide à domicile s’impose contre celui de la domesticité, pour que les emplois de services à la personne ne se confondent pas avec les pratiques rappelant la servitude, il faut impérativement rappeler que c’est moins la pratique concrète des gestes réalisés que leur signification et leur utilité sociale qui les distinguent fondamentalement. »

Un livre bien nommé et bienvenu dans le nouveau paysage néolibéral, ses utilisations à contresens de vocables usuels et le renforcement des inégalités au nom de l’équité ou de la liberté.

Reste, cependant, à analyser la construction sociale genrée des « besoins » se traduisant par des tâches ménagères.

En compléments possibles :

Sous la direction de Jules Falquet, Helena Hirata, Danièle Kergoat, Brahim Labari, Nicky Le Feuvre, Fatou Sow :Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail (SciencesPo Les Presses, Paris 2010 ) Le genre est un organisateur clé de la mondialisation néolibérale

Travail, genre et sociétés : Domestiques d’ici et d’ailleurs, (La découverte, Paris 2009)

François-Xavier Devetter et Sandrine Rousseau : Du balai

Essai sur le ménage à domicile et le retour de la domesticité

Editions Raisons d’agir, Paris 2010, 140 pages, 8 euros

Didier Epsztajn


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.