Caractère exorbitant du droit colonial et monuments du racisme d’État

« Nous savions le régime des colonies autoritaire ou dictatorial, on le découvre arbitraire et cette seconde caractéristique est liée non à l’absence de législation, comme la tradition de la philosophie classique et moderne nous l’apprend, mais à sa prolifération sous la forme des règlements. »

L’État français ne se serait pas comporté comme les autres impérialismes dans les colonies, telle serait l’histoire, les contes ou les légendes, encore fortement présents au pays des Droits de l’homme.

Olivier Le Cour Grandmaison va, texte après texte, démonter le « régime du bon tyran », le statut des  »indigènes » qui furent sujets français mais non citoyens, la justice coloniale comme justice d’exception ou le(s) code(s) de l’indigénat « code(s) matraque(s) ».

L’auteur analysera aussi l’internement administratif, les amendes collectives et les séquestres, les libertés publiques dans les colonies ou le « travail forcé et esclavage de case », avant de conclure sur  »l’œuvre coloniale » et la mythologie nationale.

Avec l’auteur il convient de souligner que tou(te)s n’ont pas partagé les arguments et les pratiques racialisantes et/ou racistes « Pour avoir été longtemps dominantes, ces différentes conceptions n’en ont pas moins suscité de vives critiques formulées par des contemporains venus d’horizons politiques divers. Envers et contre toutes les théories racistes et les pratiques discriminatoires soutenues par leurs pairs, ils ont défendu un projet universaliste fondé sur les principes des droits de l’homme et sur ceux du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. » Les responsabilités des dirigeants politiques, militaires et intellectuels ne sauraient, en effet être oubliées, en regard des résistances des peuples et de certain-e-s qui n’ont jamais accepté la double lecture du droit ici et des non droits là bas.

« C’est clair, précis et concis : deux ordres politico-juridiques radicalement différents ont presque toujours été établis et ils peuvent continuer à s’épanouir en toute légalité sous la loi fondamentale du 4 novembre 1848. » et « Ce dernier n’est pas dérogatoire aux principes républicains et aux dispositions nationales de façon marginale et superficielle, ou en vertu d’une conjoncture exceptionnelle aux effets limités dans l’espace et le temps, et pour des individus concernés. Dérogatoire et discriminatoire, le droit colonial l’est au contraire par essence puisqu’il est systématiquement soustrait au principe de la déclaration du 26 aout 1789 relatif à la généralité de la loi sans laquelle il n’est plus d’égalité. »

Mais n’oublions pas aussi 1936 et même la sortie de la seconde guerre mondiale sans  libération pour les peuples colonisés « Voila qui éclaire d’un jour particulier les principes défendus et les orientations mises en œuvre par certains qui luttaient dans les rangs de la Résistance. »

L’auteur a parfaitement raison lorsqu’il souligne, comme dans ces précédents ouvrages, le rôle des intellectuels institutionnels, ceux de la faculté, leur capacité à propager des âneries, à justifier les discriminations et les crimes sans autres (ir)responsabilités que celle de la « science » et la négation en permanence de la démocratie, du droit des sans à parler et être.

En ces temps de retour aux « valeurs républicaines » ou « pacte républicain », il convient de souligner l’ensemble des réalités de cette république impériale et colonisatrice « Oh ! Les beaux jours de la mythologie nationale ! », ou pour le dire, dans un autre registre, comme Pierre Zarka : « Ce qui est vain, c’est de vouloir réactualiser des ressorts qui fondaient la dépossession et l’aliénation. » (Omos : Désir individuel Conscience collective, Syllepse, Paris 2010).

Un complément érudit aux passionnants : Coloniser Exterminer. Sur la guerre et l’État colonial (Fayard, Paris 2005) et La République impériale. Politique et racisme d’État (Fayard, Paris 2009)

Olivier Le Cour Grandmaison : L’indigénat. Anatomie d’un  »monstre » juridique : le droit colonial en Algérie et dans l’empire français

Editions Zones, Paris 2010, 196 pages, 16 euros

Didier Epsztajn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.