D’une fable à l’autre

« La scène vers laquelle la fable nous transporte doit donc être suffisamment exotique et schématique pour ne garder de notre monde que ce qui peut s’y retrouver de manière essentielle, et de se rendre du coup bien plus audible ou mieux visible. »

Transformer une société agraire en société capitaliste avancée, voilà une tâche bien (in)digne pour un expert du Massachusetts Institue of Technology et le sujet d’une fable au pays des Toambapiks.

Laurent Cordonnier, ironique affabulateur, dévoile les simplismes déconcertants, les théories sans corps, les subtils travestissements et les désastreux effets sociaux des âneries enseignées très sérieusement. Une promenade entre les jardins et la cérémonie du walras, la disparition des profits, l’âge d’or et le capitalisme financier.

Une sérieuse interrogation sur des dimensions scientifiques de l’économie. La naturalisation imposée des marchés créés se blottit à l’ombre de pseudo-lois. La négation de la politique et des choix démocratiques masquent l’expropriation violente des un-e-s au profit des autres, la privatisation élargie et organisée du patrimoine commun de l’humanité.

Une fable avez-vous dit ?

Une lecture simple et jouissive, prélude possible à un regard sérieux du coté de la critique de l’économie politique.

 Laurent Cordonnier : L’économie des Toambapiks. Une fable qui n’a rien d’une fiction

Raisons d’agir, Paris 2010, 232 pages, 8 euros

 Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.