Je tombe dans ma vie depuis des mois

Des images de passé recomposé, des histoires et souvenirs d’un frère mort. De beaux  personnages féminins : Ada, Véronica. Une construction familiale, entre haine « ces gens que je n’ai pas choisi d’aimer » et tendresse.

Une texture littéraire d’allers et de retours, l’omniprésence des désirs, des fantasmes et des insatisfactions, la simplicité et la crudité de mots des êtres vivant-e-s.

Anne Enright : Retrouvailles

Traduit de l’anglais (Irlande)

Editions Actes Sud, Arles 2009, 309 pages, 21,80 euros

 Didier Epsztajn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.