Je rêvai d’une ville

« Une légende, omniprésente dans les Balkans, parle d’un territoire qui empêche une ville d’y être construite. C’est une légende à mon propos. » 

Facettes tendres, ironiques ou délirantes de la vie d’un groupe d’ami-e-s, à la mort de Tito dans le déchirement de la Yougoslavie. Et au centre, une ville : Belgrade.

La guerre et les amours, la musique et les seigneurs de guerre. Un caléidoscope de rêveries et le carnaval tragique du désenchantement d’une génération. Une pointe de surréalisme et un peu des premiers films d’Emir Kusturica. Une plume remarquable pour évoquer ce millénaire et les passions dans le bruit des armes.

Vladimir Pistalo : Millénaire à Belgrade

Traduit du serbe

Editions Phébus, Paris 2008, 274 pages, 20,90 euros

 Didier Epsztajn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.