Fresques cachées, tête de Bouddha, livres cloués

En Afghanistan, des histoires entrecroisées, des quêtes illusoires de petit fils ou de frère, des troubles de mémoires, des personnages multiformes ou en pointillé : Marcus, Qatrina, Zameen et Bihzad ; Lara et Benedikt ; Bénédikt et Zameen, David, son passé et Lara, sans oublier Casa l’orphelin.

Des soldats russes, américains, talibans, fondamentalistes religieux, dans un monde où la guerre succède à la guerre, où les doctrines religieuses ou démocratiques couvrent des actes sauvages, des crimes. Des êtres pourtant s’aiment, des liens fragiles se tissent.

Pas un monde en noir et blanc ou divisé entre bons et mauvais. L’écriture, la force des mots de Nadeem Aslam saisissent les trajectoires cruelles, les conflits internes et la violence toujours. Une narration en abime d’un monde aveuglé.

Comme dans son précédent ouvrage (La cité des amants perdus, Points Seuil), l’auteur manie une écriture poétique, faisant contrepoint aux violences subies et exercées par les personnages. Une poignante histoire de femmes et d’hommes, la puissance des mots, des livres et des rêves contre la réduction des endoctrinements. La force d’un roman.

Nadeem Aslam : La vaine attente

Traduit de l’anglais

Editions du Seuil, Paris 2009, 387 pages, 22 euros

 Didier Epsztajn

Une réponse à “Fresques cachées, tête de Bouddha, livres cloués

  1. j’ai apprécié cette lecture

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.