Le racisme vient de quelque part

Une lente exploration d’Odda, ancienne citée industrielle au fond d’un fjord. Un journaliste  enquête. La force de l’auteur est de construire, en creux des phrases, une atmosphère oppressante, au delà des descriptions de la décomposition sociale, de la jalousie, de la crise économique, de l’oisiveté, de l’alcoolisme, des migrations et du racisme.

Nous sommes ici loin des images d’Épinal des sociétés du nord de l’Europe et de leurs régimes sociaux à imiter…

Certains ouvrages renforcent le regard sociologique des espaces discrets de l’écriture.

Frode Grytten : Ne réveillez pas l’ours qui dort

Traduit du néo-norvégien

Editions Denoël, Paris 2008, 286 pages, 20 euros

 Didier Epsztajn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.