Les larmes de la lune

Le portait d’une femme, d’une mère, Stéfania, la vie quotidienne dans les lieux d’exil, la peur permanente. Les apprentissage à travers les yeux d’une fillette, un monde révolu et pourtant qui n’a pas fini de nous hanter. Rwanda, génocide. « Je ne veux pas aller jusqu’au bout du pays des contes car je sais qui m’y attend »

Une lecture à compléter du précédent ouvrage de l’auteure « Inyenzi ou les Cafards », (Continents noirs, Gallimard, Paris 2006)

Scholastique Mukasonga : La femme aux pieds nus

Continents noirs, Gallimard, Paris 2008, 144 pages, 13,90 euros

Didier Epsztajn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.