Un regard de pierre

Ferroni recherche Mathilde, ou plutôt l’amoureux de celle-ci. Il cherche à obtenir les lettres envoyées à son amie, Marita, la fille aux yeux de pierre « Elle avait le visage sec. Pas une seule goutte de sueur. La mèche de cheveux lui effleurant la joue. La fille ne répondit pas et continua de marcher sur le fond ».

L’homme, au prise à ses passés, Marita à la découverte de l’amour, par amie interposée, et à la mémoire de sa mère disparue.

Des disparu-e-s omniprésent-e-s dans cette Argentine des années de la dictature à peine évoquée. Derrière une histoire simple, les questions aux vieilles de Villa del Carmen, la contrainte des souvenirs, les mots et surtout les silences, des déplacements dans les rues poussiéreuses. Une histoire d’attentes…

Norma Huidobro : Le lieu perdu

Traduit de l’espagnol (Argentine)

Editions Liana Levi, Paris 2008, 219 pages, 18 euros

Didier Epsztajn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.