Compléments inversés de la mémoire

Peter Esterhazy avait publié un roman à la mémoire de son père Matyas. Mais la réalité n’offre pas de stabilité sans rebondissement, sans espace où le vrai devient faux. Inimaginable banalité grise des existences.

1989, chute du mur de Berlin et délitement des régimes du communisme réellement existant, puis une autre époque. Le dévoilement de l’histoire, l’ombre étendue des polices, la réalité sordide éclairent d’une lumière inattendue les projections de la veille.

En ouvrant un dossier, l’auteur reconnaît l’écriture de son père. Il faut recomposer, enrichir la mémoire, vêtir l’être aimé d’une nouvelle dimension : agent de la police secrète du régime.

« Revu et corrigé » intègre des extraits du dossier du père, formant une espèce de journal immergé dans le mensonge et la détresse. Une œuvre littéraire d’une grande puissance, un roman au présent des déchirures, des incertitudes et une méditation sur la liberté.

Peter Esterhazy : Revu et corrigé

Traduit du Hongrois

Editions Gallimard, Paris 2005, 400 pages, 26,50 euros

Didier Epsztajn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.