Méandres pestilentiels

« Cette histoire de l’extrême droite en France de 45 à nos jours s’articule autour de trois grandes périodes et des principaux événements qui les ont marqués : la survie (1945-1968), l’extrême droite à la recherche d’un avenir et enfin le grand retour avec l’émergence et l’affirmation du front national et sa prégnance dans le vie politique. »

L’auteur exclut de son étude le mouvement royaliste, traité dans un précédent ouvrage (La restauration nationale : un mouvement royaliste sous la cinquième république, Éditions Syllepse, Paris 2002, 371 pages, 21,50 euros) ainsi que les négationnistes.

Loin des simplifications historiques et impasses sur les différents acteurs, Jean Paul Gautier nous détaille les contextes, les regroupements, les différents courants et les divergences entre acteurs.

Les deux premiers chapitres de l’ouvrage reviennent sur la période de l’après seconde guerre mondiale (avec les nostalgiques du Maréchal ou les orphelins du Führer) et le ferment que fut, pour les activistes violents, la guerre d’Algérie, sans omettre la guerre coloniale oubliée, celle d’Indochine.

Puis l’auteur analyse la période de 1956 à 1965 « L’extrême droite dans l’arène électorale », soit « Poujade et la fronde boutiquière », « Tixier-Vignancourt : l’avocat des généraux putschistes »

Le chapitre quatre est consacré à « La galaxie » des groupes des étudiants nationalistes, aux cogneurs d’Occident, de l’Oeuvre française au Mouvement Jeune révolution. Je souligne particulièrement le chapitre suivant « Le GRECE et la médiatisation de la Nouvelle droite : une tentative de ravalement ? »

Les différentes composantes de l’extrême-droite sont analysées dans les autres chapitres, sans exhaustivité, je signale les parties consacrées aux multiples groupuscules du microcosme, à la mouvance solidariste, aux nostalgiques du 3ème Reich ou au Bloc identitaire, sans oublier les catholiques intégristes, etc.

Le dernier chapitre est bien évidemment consacré « Aux années FN » à la l’unité temporaire de ces multiples courants antidémocratiques, et aux politiques proposées qui ont su séduire une partie de l’électorat populaire.

Un livre érudit et nécessaire pour comprendre le passé, les similitudes et les différences des courants et ne pas oublier que la virulence même de l’idée de fascisme ne peut être considérée comme noyée dans le libéralisme musclé, surtout en période crise.

Jean-Paul Gautier : Les extrêmes droites en France

De la traversée du désert à l’ascension du Front national (1945- 2008)

Éditions Syllepse, Paris 2009, 464 pages, 22 euros

 Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.