Arnault, Bettencourt, Drahi, Pinault, Attac affiche le « gang des profiteurs » dans la station de métro Bercy

Ce samedi matin, 40 activistes d’Attac ont mené une action symbolique à Paris, dans la station de métro Bercy, sous le ministère de l’Economie et des finances. Les militant·e·s ont recouvert 5 panneaux de publicité par des affiches du « gang des profiteurs », Arnault, Bettencourt, Drahi, Pinault en demandant « Qui doit payer la crise ? ». Lire la suite

La farouche indépendance virile

La farouche indépendance virile, l’autonomie orgueilleusement revendiquée qui définit la masculinité, il faut y regarder de plus près.Deux cas intéressants : l’écrivain américain Henry David Thoreau, considéré comme un précurseur de l’écologie. Dans son livre « Walden ou la vie dans les bois », il raconte comment il a décidé de quitter la ville de Concord (Massachusets) d’où il était originaire et où il habitait, pour aller s’installer près de l’étang de Walden, dans une cabane de 13m2, vivant en solitaire dans les bois, en contact direct avec la nature, cultivant ses légumes, cueillant des fruits et des noix, en autarcie complète. Parce qu’il rejetait les préjugés et l’étroitesse d’esprit des habitants de sa petite ville totalement absorbés dans leurs mesquines préoccupations quotidiennes, se méfiait de la tyrannie de l’Etat, ne s’identifiait pas aux objectifs consuméristes et matérialistes déjà présents dans la société américaine de l’époque et dénonçait l’esclavage du travail. Il voulait être solitaire et autonome pour pouvoir être libre. Ca c’est ce qu’il raconte dans son livre. Mais en fait de solitude, Thoreau recevait à Walden de nombreuses visites d’amis et d’admirateurs, et se rendait tous les jours à pied à Concord, ce qui ne lui prenait que 20 minutes, pour échanger des potins sur la vie locale. L’étang de Walden était loin d’être solitaire : à la belle saison, il y avait des nageurs, des canoteurs et des pécheurs, et des patineurs en hiver. Et surtout il rentrait presque tous les jours chez sa mère à Concord qui lui préparait de la nourriture, lui raccommodait ses vêtements et lavait son linge :https://blog.bookstellyouwhy.com/six-facts-about-henry…  Lire la suite

Covid et santé publique. « Nous avons besoin d’un vaccin social ! »

Entretien avec Joan Benach

Joan Benach, professeur de sociologie au département des sciences politiques et sociales de l’université Pompeu Fabra de Barcelone, a publié de nombreuses études et ouvrages sur la « commercialisation de la santé » comme sur les politiques de santé publique. A l’occasion de cet entretien il développe ses idées et options à la « lumière » ou à l’« ombre » de la pandémie du Covid-19.

Quelles sont les causes fondamentales de la santé ? Pourquoi tombons-nous malades et pourquoi les inégalités se créent-elles ?

Les causes fondamentales qui déterminent la santé d’une population ne sont pas, comme beaucoup le pensent, la biologie et la génétique, les « modes de vie » ou les soins sociaux et de santé, mais des causes sociales. Pourquoi ? Parce que les facteurs biologiques et génétiques sont presque toujours « activés » ou non en fonction de l’environnement, parce que les comportements associés à la santé, comme les habitudes alimentaires ou le tabagisme, sont conditionnés par la famille et l’environnement social. Et parce que les soins de santé, bien qu’étant un service fondamental lorsque nous tombons malades, contribuent relativement peu à la santé de la population et dépendent également de facteurs sociopolitiques. Lire la suite

#17Avril2021 Vingt-cinq ans de luttes paysannes pour faire de la souveraineté alimentaire une réalité

Appel à la mobilisation

(Harare, le 23 mars 2021) Lors du Sommet mondial de l’alimentation de 1996, La Via Campesina a mis des mots sur sa vision pour s’opposer au modèle industriel capitaliste à l’origine de la faim, des inégalités et de la crise climatique en définissant la « souveraineté alimentaire ». La souveraineté alimentaire est le droit des personnes à produire de manière autonome des aliments sains, nutritifs, adaptés au climat et à la culture, en utilisant les ressources locales et des pratiques agroécologiques, afin de répondre en priorité aux besoins alimentaires locaux de leurs communautés. La souveraineté alimentaire est nécessaire notamment pour garantir la sécurité alimentaire. Lire la suite

Omar Benderra : Hirak, année 3 : un message politique limpide

Depuis la reprise des manifestations hebdomadaires dans les villes algériennes à l’occasion du deuxième anniversaire, le 19 février 2021, du déclenchement du Hirak, on a vu se multiplier dans les médias algériens, tous contrôlés par le régime, des analyses selon lesquelles, en substance, le Hirak originel aurait été « détourné » au profit d’un « néo-Hirak » manipulé par des forces obscures. Parmi les acteurs d’une « contre-révolution qui veut faire avorter le Hirak de l’intérieur », selon la formule d’un observateur critique [1], figureraient au premier rang le mouvement Rachad, présenté de manière trompeuse comme une résurgence du FIS [2], ou encore, de manière plus nébuleuse, d’hypothétiques et très imprécis « agents de l’étranger ».

Pour l’immense majorité des manifestants, cette campagne de propagande – peu ou prou relayée par les médias parisiens – est la production directe du laboratoire de désinformation de la police politique. Il n’est donc pas surprenant que cette thèse prospère particulièrement dans la presse ou les pseudo-partis politiques composant la façade civile d’un pouvoir dont la nature militaire est trop flagrante pour être niée. Cela fait bien partie du cahier des charges d’organes qui sont, in fine, le bras de communication de la police politique [3]. Plus étonnant en revanche est le fait qu’elle ait pu être reprise, certes avec des variantes, par certaines personnalités jusque-là connues pour leur distance affichée vis-à-vis du régime. Lire la suite

Le pourquoi de l’oppression

« Le but de toute théorie est de comprendre le monde dans lequel nous vivons, comment il fonctionne, pourquoi les choses se déroulent d’une certaine façon. » – Andrea Dworkin

« S’engager à mettre fin à la domination masculine est une nécessité psychologique, politique et culturelle fondamentale pour la vie sur terre, c’est l’engagement révolutionnaire fondamental. » – Andrea Dworkin

Voici un récit à propos du pire récit jamais raconté.

C’est celui que l’on vous raconte s’il a été décidé à votre naissance que vous deviez grandir pour devenir un vrai garçon et, un jour, un vrai homme. Cette décision a été prise à la va vite, après une simple inspection visuelle de votre entre-jambes de nouveau-né. Et personne ne vous a demandé votre avis puisque vous veniez tout juste de naître. Pourtant, cette décision allait déterminer une grande partie de votre vie, peut-être même sa plus grande partie.

Vous connaissez tous ce récit : d’abord être un vrai garçon pour ensuite devenir un vrai homme. Lire la suite

Le coin du polar (Avril 2021)

Jean d’Aillon, pour cette enquête de Louis Fronsac, sorte de Sherlock Holmes du temps de la régence de Mazarin, a décidé de nous balader en la ville d’Aix en Provence pour résoudre « L’énigme du clos Mazarin », en l’occurrence Michel, le frère du cardinal.

Il ne nous épargne rien, ni la longueur du voyage aller, le retour sera plus rapide, ni la description de la ville presque à toutes les époques avec des notes qui permettent de retrouver les endroits décrits aujourd’hui – il faut dire qu’il est l’auteur d’un guide de la ville -, ni les portes… Bref, nous y sommes. L’enquête est cousue de quelques fils blancs qui permettent des enchaînements faciles et d’autres plus bizarres sans que vraiment le fil rouge n’apparaisse sinon par le nombre de morts. Pour tant, la lecture reste agréable. Cheminer avec d’Aillon permet de saisir quelques bribes de ce temps, de connaître les accoutrements, les déguisements, les raisons des fêtes et de prendre plaisir aces informations même si les descriptions de la ville prennent un peu trop de place.

Jean d’Aillon : L’énigme du clos Mazarin, 10/18/Grands détectives Lire la suite

Les infirmières du centre hospitalier universitaire de Californie condamnent les attaques racistes contre les communautés asiatiques

Les infirmières diplômées de centre hospitalier universitaire de Californie sont indignées par les attaques racistes et xénophobes dont sont victimes les Asiatiques et appellent à la solidarité avec les communautés asiatiques et à un engagement public en faveur de solutions visant à mettre fin au racisme structurel et à promouvoir l’équité et la guérison sociales, a annoncé aujourd’hui le syndicat California Nurses Association/National Nurses United (CNA/NNU). Lire la suite

Les défis du féminisme populaire dans les pays du monde arabe

Force est de constater que la logique volontariste du développement dans les différents pays arabes, depuis des décennies et ce malgré le degré et le niveau de différence, a permis d’améliorer de façon tangible la condition des femmes. L’accès des femmes à la scolarisation et à l’emploi, conjugué à l’urbanisation et à l’amélioration des niveaux de vie, plus particulièrement dans les milieux citadins, a contribué à leur promotion, mais aussi, plus généralement, aux transformations sociétales, comme le recul de l’âge du mariage, la limitation des naissances, la nucléarisation des familles, etc. Les femmes sont apparues comme des actrices incontournables du développement et comme un agent de transformation sociétal, même si ces dynamiques restaient contrariées par des règles et des normes sociales conservatrices. Lire la suite

Vaccination, droits de la santé et travail des femmes dans la pandémie

Le 7 avril, Journée Mondiale de la Santé, nous avons recueilli les messages de trois militantes féministes de différentes régions du monde sur la lutte pour le droit à la santé, la bataille contre la pandémie et les effets de cette crise sur la vie des femmes, en particulier des femmes noires. Talitha Demenjour (Brésil), Julie Maenaut (Belgique) et Wilhelmina Trout (Afrique du Sud) ont montré comment la lutte pour le droit à la santé est liée à la lutte contre le néolibéralisme et contre la privatisation des services publics. La course transnationale et capitaliste aux brevets et l’inégalité colonialiste de l’accès aux vaccins ont un impact profond sur la vie des femmes, en particulier dans les pays du Sud.
Les réponses féministes et populaires à la pandémie passent par la valorisation des systèmes de santé publique, la distribution et la production justes de vaccins, et la réorganisation du travail qui pèse sur les femmes et soutient la vie.

Lire la suite

Réédition : Le berceau des dominations

Dorothée Dussy est anthropologue. Elle travaille au CNRS et est membre de L’IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux). Ses travaux explorent l’articulation entre le secret, le non-dit et les pratiques sociales à partir d’enquêtes sur la ville, le corps et l’inceste. En 2013, elle a coordonné l’ouvrage L’inceste, bilan des savoirs  [1]Le berceau des dominations [2] est le premier livre d’une trilogie consacrée à « l’ordre social incestueux ». L’ouvrage étudie les « incesteurs » tandis que les deux prochains seront consacrés aux « incesté·e·s » et à la construction de leur subjectivité d’une part, et, d’autre part, au traitement des rares affaires qui parviennent devant les tribunaux et aux divers « procédés de légitimation du silence à l’échelle des sociétés et des institutions ». L’approche de l’auteure est également alimentée par son implication depuis plusieurs années dans l’association AREVI  [3]. Lire la suite

Des vaccins et une santé publique gratuite pour toutes et tous, partout dans le monde !

MANIFESTE MONDIAL POUR LA VIE. Déclaration de la journée internationale de lutte anti-impérialiste

La pandémie du Covid-19 a mis en évidence, partout dans le monde, les contradictions du capitalisme qui fait passer le profit avant la vie des gens.

  • Des sociétés pharmaceutiques multinationales, intéressées uniquement par leurs profits, livrent leurs vaccins d´abord à ceux et celles qui ont de l´argent. Du total des vaccins distribués, 75% sont restés dans les 30 pays les plus riches, tandis que les populations des 130 pays pauvres du Sud Global n’y ont pas encore eu accès.

  • Les gouvernements, dans leur immense majorité, ont pris des mesures pour protéger davantage l´économie, en lui sacrifiant la vie, rares sont ceux qui ont eu le courage de décréter l’arrêt total des activités non essentielles afin de freiner l’avancée du virus.

  • Une grande partie de la population se trouve impuissante, sans vaccin, sans emploi, sans aucun revenu, sans aucun espoir pour l’avenir. Cette situation, du point de vue de l’appartenance ethnique et de genre, est encore plus grave parmi les femmes, les jeunes, les noirs/noires et les peuples autochtones.

  • Nous vivons une véritable guerre contre un ennemi invisible, qui affecte l’ensemble de l’humanité et qui a déjà tué près de trois millions de personnes.

  • L’impérialisme américain et ses alliés ne se préoccupent que de la géopolitique et des profits de leurs sociétés, malgré le fait d´avoir de larges ressources économiques, techniques et financières qui pourraient contribuer à sauver des vies.

  • Cependant, le gouvernement américain, de manière criminelle, maintient et intensifie le blocus économique, commercial et financier contre plusieurs pays, notamment Cuba, le Venezuela et l´Iran.

  • En outre, ils continuent de promouvoir la pratique d’une nouvelle « Guerre Froide » contre la Chine, avec une rhétorique hostile contre le gouvernement et le peuple chinois, appliquant des sanctions économiques et harcelant leurs entreprises, faussant la vérité en affirmant que l’État chinois serait le responsable de la pandémie.

Lire la suite

La circulaire Philippe doit être abrogée : « Une loi interdisant l’écriture inclusive conduirait à remplacer des millions de documents officiels »

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

L’« écriture inclusive » a surgi dans le débat public à l’automne 2017, après la découverte de quelques points médians dans un manuel scolaire par des activistes qui avaient obtenu le retrait des ABCD de l’égalité. Jusqu’alors, on parlait plutôt de langage non sexiste, ou non discriminant, ou épicène, ou égalitaire – le point médian n’étant qu’un des moyens, à l’écrit, d’abréger les doublets (« lycéens et lycéennes » devient « lycéen·nes »). Autrement dit, un détail.

Pendant une quarantaine d’années, c’est un autre volet de ce langage qui avait fait débat : la « féminisation des noms de métiers et de fonctions ». Terminologie erronée et trompeuse, puisque le français possède tous les noms voulus pour parler des activités des femmes et qu’il faut juste les retrouver, après des siècles d’ostracisme : autrice, chirurgienne, défenseuse (des droits), écrivaine, lieutenante, maîtresse (des requêtes), pharmacienne, professeuse, rapporteuse (de lois)… Bataille presque gagnée, de nos jours, après la reddition de l’Académie dans son rapport du 28 février 2019. Lire la suite

Retrait de la loi séparatisme (deux appels et une lettre)

Projet de loi « confortant le respect des principes de la République », le 8 avril refusons la limitation des libertés publiques et les menaces qui pèsent
sur les associations et les syndicats ! 

Communiqué commun à l’initiative de la LDH et appel à rassemblement le jeudi 8 avril de 12h à 14h, place Pierre Dux à Paris, devant le Sénat, et devant toutes les préfectures de France !

La loi en discussion au Sénat « confortant le respect des principes de la République » inscrit dans une perspective sécuritaire une série de mesures touchant toutes les libertés publiques.

Elle met gravement en péril l’équilibre réalisé par les grandes lois laïques de 1882, 1901 et 1905. 

Cette loi fourre-tout jette une suspicion généralisée sur les personnes de confession musulmane et propose des mesures tantôt imprécises, tantôt disproportionnées, mais globalement dangereuses pour les libertés, notamment au regard d’un certain nombre de libertés fondamentales.

Le préambule de l’exposé des motifs vise la liberté de conscience et de conviction et la liberté associative en mettant sous surveillance les idées qui, s’introduisant dans « le débat public », « détourn(eraient) le sens des mots, des choses, des valeurs et de la mesure ».  Est ainsi mise en péril la liberté d’expression : la loi de 1881 sur la liberté de la presse est impactée. En ce sens, elle orchestre le séparatisme qu’elle prétend combattre. Lire la suite

L’égalité n’est pas un « luxe » mais le gage d’une réponse pertinente

En introduction, Olga Trostiansky et Dominique Joseph indiquent :

« Le présent avis a pour ambition de documenter les effets genrés de la crise sur trois niveaux :

– Le bien-être et la santé de la population sur les plans physique, psychique et psychologique, de la santé sexuelle et reproductive ;

– Les conséquences sur la « charge mentale » des femmes, notamment du fait de leur implication dans les tâches domestiques et familiales, conjuguée avec les effets du télétravail ;

– Les conséquences sur la situation économique et sociale des femmes, en considérant notamment le risque de précarité. » Lire la suite

Des enregistrements en 2009 (2)

La musique et les disques survivent heureusement aux « contraintes » des surfaces spécialisées ou non, plus ou moins disquaires, mais plus attentives aux coûts financiers, à la vitesse de rotation et au niveau de leurs stocks qu’aux rythmes de diffusion de la musique. Sans oublier la mise en avant des productions des majors au détriment des multiples éditeurs qui nous permettent d’écouter des musiques et non de la programmation « profitable ». Quelques disques enregistrés dans l’année, ici 2009, au hasard de ré-écoutes récentes. Lire la suite

Arabie saoudite : le prince, l’assassin et le vendeur d’armes

L’offre saoudienne d’un cessez-le-feu au Yémen le 22 mars est une reconnaissance par Riyad et ses partisans à Washington qu’ils ont perdu la guerre. Biden a signalé la reddition à contrecœur en février, lorsqu’il a annoncé que les États-Unis mettraient fin à leur soutien aux « opérations offensives » dans ce pays. Après six ans de bombardements et de blocus, les forces houthistes sont sur le point de s’emparer de la ville centrale stratégique de Marib. Ils exigent que les agresseurs – l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France – lèvent la mainmise sur le port de Hodeidah, cause d’une catastrophe humanitaire de famine et d’épidémies  sans précédent. C’est une condition posée par les Yéménites pour la reprise des négociations. Lire la suite

Les féminicides, ça suffit, pas une de plus ! (plus trois textes)

Allocution prononcée le 2 avril par Lucie Gosselin durant la manifestation organisée à Québec contre les féminicides.

Quand le comité organisateur de la mobilisation citoyenne d’aujourd’hui m’a demandé de prendre la parole au nom des centres de femmes de Québec, Chaudière-Appalaches et Portneuf, je me suis demandé quel serait le message le plus important à vous transmettre de la part des centres de femmes devant l’augmentation de la violence conjugale et des féminicides pendant cette pandémie. Depuis plusieurs semaines, les médias en parlent presque chaque jour, on dit que la violence augmente parce que les femmes sont davantage isolées, ce qui a largement été démontré d’ailleurs par les centres de femmes, les maisons d’hébergement, les lignes d’écoute et même par les statistiques de la police. Lire la suite

Leur écologie et la notre. André Gorz dans le texte

 

« Autant vous faire à l’idée tout de suite : ce que nous appelons la « civilisation industrielle » ne passera pas le cap de ce siècle. Pendant une à deux décennies encore, elle vous procurera des jouissances douteuses et des privilèges qu’il vous faudra payer de plus en plus cher.

… Plus vite cela cessera, et mieux cela vaudra ; plus cela durera, plus l’effondrement de cette civilisation sera brutal et irréparable la catastrophe planétaire qu’elle prépare. »

Michel Bosquet (André Gorz). Les impasses de la croissance in Critique du capitalisme quotidien.Paris. Galilée, 1973.

Texte en exergue du livre dont il est question ci-dessous. Lire la suite

ELEN appelle les députés français à soutenir le projet de loi Molac

Cher/ Chère Député,

Le Réseau européen pour l’égalité des langues, l’ONG internationale pour la protection et la promotion des langues européennes moins répandues, appelle tous les députés de l’Assemblée nationale française à soutenir le projet de loi de Paul Molac pour les langues régionales qui sera voté le 8 avril.

Il est vital pour l’avenir des langues dites « régionales » qu’il y ait des progrès en France, un État membre de l’UE qui doit de toute urgence rattraper et mettre en œuvre le type de normes de protection et de développement des langues régionales qui sont devenues la norme à travers l’Europe, et que nous nous attendons à voir dans un État qui proclame fréquemment son soutien aux droits de l’homme et à la diversité linguistique dans diverses institutions internationales. L’absence actuelle de législation linguistique régionale en France a pour effet de saper la revitalisation linguistique urgente pour des langues qui sont presque toutes définies comme menacées par l’UNESCO. Cela doit changer. Lire la suite