Attac lance son Observatoire de la justice fiscale

La place et le rôle de l’impôt et des finances publiques, piliers de la vie en société, sont trop souvent mal compris. Ils sont tout à la fois l’objet d’idées fausses ressassées à l’envi dans le débat public et malmenés par des politiques néolibérales guidées par le dogme du « moins d’impôt, moins d’État, moins de services publics, moins de protection sociale ». Cela est d’autant plus préoccupant qu’une société ne peut se passer de l’agent public, ni d’un débat public éclairé.

visuel-lancement-obs-aea33

Pour Attac, une politique fiscale juste et respectueuse des principes et des objectifs défendus depuis sa création suppose de dégager des recettes qui permettent un bon fonctionnement de l’action publique et de réduire de manière drastique les inégalités. Au reste, depuis plusieurs années, la demande de davantage de justice fiscale s’exprime fortement face à des politiques fiscales toujours plus injustes. On l’observe dans les enquêtes d’opinion, mais aussi au cœur des mouvements sociaux. Et comme si cela ne suffisait pas, les affaires révélant l’ampleur de l’évasion fiscale n’ont cessé de se succéder depuis plus de dix ans (affaire Cahuzac, Panama Papers, Paradise Papers, Lux Leaks, CumEx…). Tout cela nuit gravement au consentement à l’impôt, pilier fondamental de toute démocratie. Lire la suite

Spectre

Prenons l’antenne !

Spectre_

La carte postale de l’été 2020 se fane comme une feuille morte. Bons baisers du « meilleur des mondes » d’après. Port du masque hélas nécessaire. Bandeau sur les yeux difficile à détacher. Et les oreilles ?

Voici Spectre, une plateforme de podcasts pour le monde d’après. Un site internet entièrement consacré à l’hébergement et la diffusion d’émissions sonores faites pour tracer collectivement des routes vers l’égalité et la justice. Nos ami·es, nos camarades, nos organisations, nos revues, nos bandes organisées, trouveront enfin un écosystème commun pour de multiples podcasts, existants ou nouveaux. Il suffira d’adhérer à quelques principes de fonctionnement élémentaires pour diffuser vos contenus, en pleine autonomie, sur ce support médiatique engagé et libre. Lire la suite

Les gauches se perdent dans le confusionnisme des mots et des idées

« Tous coururent au-devant de leurs fers croyant assurer leur liberté. » Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, 1755.

Divisées, les gauches sont bien mal en point idéologiquement avant d’affronter l’élection présidentielle d’avril 2022. Pourtant, elles disposent de ressources pour se réinventer dans le pluralisme, afin de redessiner une gauche d’émancipation, dans le sillage des Lumières, du mouvement socialiste, du féminisme et de l’anticolonialisme, et qui soit à même de répondre au défi de l’écologie.

Si on ne resitue pas les événements successifs, qui surviennent de manière désordonnée, dans un cadre global et distancié dessinant des tendances du moment, on risque de ne pas percevoir qu’ils sont reliés entre eux. Certains se sont ainsi indignés à propos d’un épisode comme la polémique sur « l’islamo-gauchisme », mais sont indifférents ou même complaisants à l’égard d’un épisode suivant, comme les manifestations anti-pass sanitaire.

On se retrouverait dans une situation proche de celle de Jean-Paul Sartre critiqué par Maurice Merleau-Ponty lors de leur rupture politique et intellectuelle de juillet 1953, prolongée par la publication des « Aventures de la dialectique » en 1955. Dans les critiques faites aux positionnements de son ami Sartre, alors « compagnon de route » du PCF, Merleau-Ponty met en garde contre un engagement qui « colle à l’événement sans distance », dans la prééminence du « point de vue de l’instant ». C’est ainsi que, abordant chaque événement sans les relier entre eux, Sartre avalerait les couleuvres du stalinisme, et serait incapable de prendre la pleine mesure de la dictature stalinienne sous une forme globale. Lire la suite

Sonita Alizadeh – Mariées à Vendre (… brides for sale) + L’artiste. Shamsia Hassani (et autres textes)

  • Sonita Alizadeh – Mariées à Vendre (… brides for sale)
  • L’artiste. Shamsia Hassani
  • Bruna Alasia : Mostra de Venise 2021 : l’appel des réalisatrices Karimi et Mani pour venir en aide aux artistes afghans
  • Roksana Bahramitash : Mes soeurs afghanes

 

Sonita Alizadeh est une rappeuse et une militante contre le mariage forcé, née à Hérat en Afghanistan en 1996. Elle échappe à 10 ans à un premier mariage forcé (le mariage précoce étant considéré comme un moyen de protéger l’honneur d’une jeune fille dans la tradition afghane). Elle atterrit dans un centre pour enfants réfugiés qui la scolarise et l’emploie à mi-temps comme femme de ménage. Elle se met à écrire du rap pour exprimer sa colère face au sort qui est réservé aux jeunes filles dans son pays. Elle chante ses textes devant ses copines et fait du porte-à-porte pour essayer de trouver un producteur pour ses poèmes mis en musique. C’est à ce moment que la réalisatrice Rokhsareh Ghaem Maghami se met à tourner un documentaire sur Sonita. Lire la suite

Myanmar : les travailleurs ont perdu tous leurs droits ; le coup d’État et la troisième vague mettent les ouvriers en danger

Certains propriétaires d’usines ont été accusés d’avoir encore plus exploité et de ne pas avoir protégé leurs employés lors de la dernière épidémie de Covid-19, et comme les syndicats ne sont pas actifs depuis le coup d’État, les travailleurs ne peuvent pas demander réparation.

Ko Aung Min Thein a commencé à souffrir de maux de tête et de douleurs musculaires au cours de la deuxième semaine de juillet, et trois jours plus tard, il a perdu son odorat. C’est à peu près à cette époque qu’il a commencé à remarquer que nombre de ses collègues de travail dans une usine de nouilles instantanées à Yangon présentaient également des symptômes du Covid-19. Lire la suite

11 septembre: comment les Etats-Unis – et le Royaume-Uni – ont récolté ce qu’ils ont semé + Washington verse des larmes de crocodile pour les femmes afghanes

Il y a vingt ans, dix-neuf hommes, remplis de haine envers les Etats-Unis et de foi dans la promesse du paradis, se faisaient exploser, tuant des milliers de personnes et provoquant l’un des plus grands chocs politiques de l’histoire mondiale. Ils étaient tous originaires du Moyen-Orient; quinze d’entre eux étaient des citoyens du plus ancien et plus proche allié de Washington dans cette région: le royaume saoudien. Les Etats-Unis récoltaient ainsi ce qu’ils avaient semé.

Pendant des décennies, le gouvernement américain a manigancé au Moyen-Orient, soutenant des régimes despotiques et encourageant l’intégrisme islamique comme antidote à tout ce qu’il pouvait considérer comme étant de gauche. En 1990, l’agonie de l’URSS sembla ouvrir la voie à un « nouvel ordre mondial » dominé par Washington – ce qu’un chroniqueur américain appela judicieusement le « moment unipolaire» . L’empire étatsunien, qui était jusqu’alors encore sous le coup du « syndrome vietnamien» , parvint à le surmonter – du moins c’est ce que crut Bush père – en lançant une attaque dévastatrice contre l’Irak en 1991. Bush père avait été incité par Margaret Thatcher à refouler les troupes irakiennes hors du Koweït voisin, qu’elles avaient envahi en août 1990. L’Irak fut ensuite étranglé par un embargo cruel qui a causé un excès de mortalité estimé à 90 000 par an par les Nations unies. Lire la suite

Son plafond est notre plancher

product_9782072741517_195x320

Barcelone. Une jeune fille Araceli. Une écrivaine Alba Cambó. Lina Wolff croise des parcours, nous offre une multitude d’histoires enchevêtrées. Les un·es et les autres parlent d’elleux et d’autres, entre vérité banale et « toboggan vers l’inconnu », entre les vivre et la mort. Les journées se suivent ou se dispersent, « Soudain la journée dégringole, privée de grâce, comme une corneille qui aurait du plomb dans l’aile », la tumeur est là, elle serait maligne… Lire la suite

La Turquie sous régime autoritaire : incendies, antiféminisme, privatisations et soutien aux talibans

« Nous, les femmes qui vivons dans des régimes autoritaires, nous avons besoin d’échanger des expériences de lutte. Nous devons de toute urgence mettre à jour nos connaissances et nos capacités d’analyse dans un monde où les changements sont rapides et imprévisibles. »

Nous devons nous réunir et réfléchir à ce qui se passe sur nos territoires. Une caractéristique commune de nos gouvernements autoritaires est le manque de réponses aux besoins des peuples et une très grande place au pouvoir des entreprises transnationales sur ces mêmes peuples. Nos gouvernements s’affaiblissent face aux plus forts et se renforcent face aux plus faibles.  Lire la suite

Amicale du Nid : Rapport du groupe de travail sur la prostitution des mineur·es

L’Amicale du Nid salue le travail remarquable mené par le groupe de travail présidé par Catherine Champrenault, Procureure Générale près la Cour d’Appel de Paris durant 8 mois, et son rapport remis le 13 juillet à Adrien Taquet, Secrétaire d’Etat en charge de l’enfance et des familles.

L’Amicale du Nid était partie prenante de ce groupe de travail, en y apportant son expertise, notamment issue de ses actions professionnalisées de prévention auprès des jeunes, de sensibilisation, de formation, d’« aller-vers » dans l’espace public et numérique, d’accueil, d’accompagnement, d’hébergement, d’insertion socio-professionnelle. En outre, l’Amicale du Nid dispose de missions mineures, à Paris, dans les Hauts-de-Seine, à Lyon, Marseille, Montpellier et en Seine-Saint-Denis, et conduit une action de prévention auprès des mineur·es sur internet « Je n’suis pas à vendre ». Enfin, l’Amicale du Nid est la première association d’accompagnement de personnes en parcours de sortie de prostitutions depuis sa création par la loi de 2016 et constate que 26% d’entre elles étaient déjà en situation de prostitution mineur·es (7% à moins de 14 ans, 19% entre 15 et 18 ans). Lire la suite

Chaque enfant mérite une planète habitable

unicef Climat enfant

« NEW YORK, le 20 août 2021 – Les jeunes vivant en République centrafricaine, au Tchad et au Nigeria sont les plus exposés aux effets des changements climatiques : une situation qui menace leur santé, leur éducation et leur sécurité, et leur fait courir le risque de contracter des maladies mortelles, selon un rapport de l’UNICEF publié aujourd’hui.

Ce rapport, intitulé La crise climatique est une crise des droits de l’enfant : Présentation de l’Indice des risques climatiques pour les enfants (résumé en français), constitue la première analyse détaillée de ces risques à travers le prisme de la jeunesse. Les pays y sont classés selon le degré d’exposition des enfants aux chocs climatiques et environnementaux (cyclones, canicules…) et leur degré de vulnérabilité à ces chocs, mesuré en fonction de leur niveau d’accès à des services essentiels. »

Lire la suite

Appel à un Contre-sommet Afrique-France à Montpellier

de7c09d7773370d9-4a8ab

Du 7 au 9 Octobre doit se tenir à Montpellier un Sommet Afrique-France, qui, sous l’affichage de la culture, de l’enseignement supérieur, de la jeunesse et du sport, annonce la « refondation des relations entre la France et l’Afrique ». Cependant, malgré les effets d’annonce du président Emmanuel Macron, l’esprit néo-colonial est toujours présent. Sur le continent africain, la France exerce toujours une domination monétaire, économique, diplomatique et culturelle, poursuit des interventions militaires, et soutient des régimes qui bafouent les droits humains et empêchent l’émancipation des peuples. Le soutien au coup d’État militaire au Tchad en avril 2021 est un triste exemple de cette politique. La Méditerranée est une frontière coloniale qui a déjà tué cette année plus de 1200 de nos sœurs et nos frères. Cette frontière poursuit celles et ceux qui parviennent à traverser, celles et ceux qui deviennent sans papiers en les privant de tout droit.

Ainsi, ce sommet arrive dans un contexte géopolitique extrêmement tendu, où le sentiment anti-français, qui est surtout un sentiment anti-françafrique, c’est à dire un rejet de ces politiques, grandit dans l’ensemble des pays d’Afrique francophone. Un fort rejet salutaire de l’impérialisme français a embrasé les populations dans les rues de Dakar, de Bamako, et d’ailleurs. Lire la suite

Droits humains et droits des Peuples autochtones : au cœur des luttes contre les changements climatiques

Les luttes contre le réchauffement climatique et pour le respect des droits humains et du droit à l’autodétermination des Peuples autochtones sont interdépendantes. Nous appelons à décloisonner ces luttes et à agir collectivement, en tant qu’allochtones, pour mettre fin aux violations des droits des Premiers Peuples.

L’ordre économique, social et politique actuel se nourrit et crée de nombreuses violations de droits humains, tant ici qu’à l’étranger. Génératrice de conflits sociaux et de misère, la crise climatique ne pourra qu’exacerber cette situation déjà dramatique.

Conscients de cet enjeu, les membres du Front commun pour la transition énergétique postulent donc sans réserve, dans leur Feuille de route pour la transition du Québec vers la carboneutralité, que tout plan de lutte aux changements climatiques doit viser une société équitable, fondée sur le respect des droits de toutes et tous. Lire la suite

« Ma famille sous le traumatisme de la guerre à Gaza »

viewsfromgaza210823083342203

Ma fille Tala, une Palestinienne de 19 ans qui vit au Royaume-Uni, a dessiné cette illustration en mai 2021, alors que notre famille qui vit à Gaza subissait une attaque militaire massive qui a tué 256 habitants de Gaza, dont 66 enfants, et blessé et déplacé des milliers de personnes. Tala a intitulé l’illustration « Âmes de Gaza, quand les enfants meurent » et a écrit la description suivante :

« Lorsque des enfants sont assassinés, les mots n’ont plus de sens… Leurs âmes nous regardent d’en haut.

J’ai commencé à travailler sur cette œuvre le 17 mai 2021. A ce moment-là, l’occupation par les colons israéliens a tué 198 personnes à Gaza, dont 58 enfants. 

J’ai terminé trois jours plus tard. Mais ils continuaient à tuer.

Au moment où j’écris ces lignes, il est minuit, et le cessez-le-feu a commencé.

Je demande (et je n’attends pas de réponse) pourquoi les enfants palestiniens paient ce prix ? Pourquoi des innocents sont morts et ceux qui sont restés en vie ont été traumatisés ? Pourquoi… ? Pourquoi l’humanité est-elle morte ? 

Il ne reste que la douleur… mais nous, Palestiniens, continuerons à avoir de l’espoir… sans espoir, nous mourrons tous. » 

Le dessin et les mots de Tala évoquent la nostalgie et le chagrin d’avoir été témoin d’une immense violence et d’avoir subi un trouble de stress post-traumatique. Le lien fort que mes enfants entretiennent avec Gaza et les enfants de Gaza s’est développé au fil des multiples guerres et crimes commis à l’encontre du peuple palestinien vivant dans ce que l’on appelle souvent la plus grande prison à ciel ouvert du monde. Depuis 2007, Israël a imposé un blocus terrestre, maritime et aérien et les Palestiniens sont soumis à de lourdes restrictions de mouvement qui rendent difficile tout déplacement à l’étranger pour le travail, les études ou les visites à la famille. Lire la suite

Lisons ces gamines-là !

jortay-ces-enfants-la

Un pavé dans le marais des années de « libération sexuelle » et au-delà un javelot dans l’univers invisible de ces mères complices de leurs maris, amants, amis, bien volontiers violeurs, pédophiles, incestueux. Voilà ce que nous envoie en pleine face Virginie Jortay à travers « Ces enfants-là », paru en août 2021 aux Éditions Les impressions nouvelles. Ses mots aiguisés délicatement posés sur des situations aiguës, inimaginables, violentes, nourrissent une grande puissance d’écriture née dans les tripes d’une enfant puis d’une adolescente maltraitée. Ses yeux et son corps nous projettent dans l’univers de la jetset belge des années 1960 où la liberté se blasphème à coups de révolution, d’égalité entre les sexes et d’émancipation des femmes. Lire la suite

Mayotte : une nouvelle fuite en avant répressive et toujours plus inégalitaire

Alors que nos associations sont contraintes d’accompagner au quotidien la population étrangère qui n’a pas fini de faire face aux conséquences dramatiques produites par la loi dite asile-immigration du 10 septembre 2018, c’est à grand renfort de nouvelles annonces visant à éloigner encore Mayotte du droit commun que les deux ministres ont rythmé leur visite. Des choix incompréhensibles quand « la convergence vers l’égalité des droits » est parallèlement revendiquée par les autorités.

Parmi ces annonces, le renforcement de la lutte contre « l’immigration clandestine » et la poursuite massive des reconduites à la frontière n’auront de cesse d’entraver la circulation des personnes et aggraver les violations des droits (rupture de scolarité, rupture de soins, séparation brutale de familles, expulsion de personnes protégées contre l’éloignement…) Lire la suite

Ce nouveau monde en germination dans le terreau du malheur

A cette époque de violente transition historique, les prophètes de l’apocalypse dramatisent les fumées noires de la société pyramidale en calcination. L’indigence philosophique des discoureurs médiatiques fait de la prédiction du malheur son fonds de commerce. Les intellectuels oublient leur vocation première, la transgression des lignes interdites, la démystification des messes dites, la prospection des perspectives inédites. L’intellectuel est insoumis ou n’est pas. Dans cette inconsistance tragique, le populisme sème allègrement les cendres des totalitarismes révolus. L’énarchie dirigeante tisse désespérément des modélisations dérisoires sans d’autre prégnance sur les réalités sociales que l’aggravation des dysfonctionnements bureaucratiques. Le chaos des transformations imprévisibles, le désordre des mutations invisibles, le cataclysme des ordres établis, qui déstructurent, de fond en comble, les schémas vermoulus de gouvernance, sont, avant tout, symptomatiques des possibles insoupçonnables, auto-réalisables sans programmations téléguidées, dans une complexité irréductible aux schématisations oppressives des pouvoirs en sursis. La technocratisation triomphante des dernières décennies ne laisse dans ses décombres qu’une déculturation générale propice à tous les fanatismes. Les passions destructrices creusent leur lit dans le vide de la pensée. L’ère de l’insignifiance est frappée d’infécondité cognitive. Lire la suite

Patricia McFadden : deux entretiens sur les femmes africaines, le féminisme…

« En 500 ans de colonialisme, les femmes africaines se sont toujours battues pour la liberté »

Capire a parlé avec la chercheuse féministe Patricia McFadden à propos du nationalisme de genre et du pouvoir du féminisme pour la libération des femmes en Afrique

Après des décennies d’expérience en tant que chercheuse et militante féministe, passant par l’extradition dans les pays où elle a vécu et travaillé, comme le Zimbabwe et l’Afrique du Sud, Patricia vit et travaille aujourd’hui à Esuatini, anciennement Swaziland. Essuatini, actuellement une monarchie autoritaire, était une colonie britannique jusqu’en 1968. Vegane et écoféministe radicale, elle cultive les aliments qu’elle consomme et à partir de cette réalité, elle a construit des pratiques de solidarité et des propositions d’analyse féministe, comme la notion de contemporanéité [contemporarity]. Cette trajectoire montre comment ses analyses mêlent le personnel et le politique dans ses critique du nationalisme de genre et dans ses propositions pour construire et comprendre le féminisme radical en Afrique.

« Le féminisme est puissant parce qu’il n’est pas un événement qui vient d’émerger. Il est ancré dans les souvenirs les plus anciens de la conscience humaine sur la liberté. » Lire la suite

Les États doivent encourager et protéger le droit des paysan·ne·s à s’organiser et à former des groupes tels que des syndicats et des coopératives qui sauvegardent leurs intérêts

undrop-book-of-illustrations-l-fr_test_bd

Dans l’introduction, Cette terre, cette eau, cette forêt – c’est nous !, sont abordés, entre autres, la crise de civilisation, la pandémie et ces effets, les problèmes de santé publique, l’érosion des processus démocratiques, les situations des paysan·nes et des peuples autochtones, les rapports du GIEC, la mise « à rude épreuve » des ressources limitées de la planète par les grandes exploitations agricoles et les multinationales de l’agroalimentaire, la hausse des conditions météorologiques extrêmes, le système agro-industriel, le capitalisme et le modèle singulier d’industrialisation imposé aux peuples, le rôle des institutions internationales, les accords de libre-échange, la privatisation des services publics, l’explosion des vulnérabilités, « Toutes les grandes grippes qui ont frappé l’humanité ces derniers temps rappellent le coût humain de cette expansion sans entrave dans le sens de l’homogénéité au détriment de la diversité », l’invasion des campagnes par le capital, les réactions, « La réaction des gens face à des circonstances aussi éprouvantes n’est pas toujours agréable. Dans de nombreuses régions du monde, des personnes frustrées ont commencé à trouver refuge dans des idéologies de droite qui tirent leur force de la haine, de l’esprit de clocher et de la division. Il est essentiel de reconnaître que la suspicion et l’hostilité des uns envers les autres naissent fortement dans un monde où il faut se battre pour obtenir des ressources et des salaires quotidiens. Le capitalisme a créé ce monde polarisé, où la concurrence a remplacé la solidarité ». Lire la suite

Allocation aux adultes handicapés (AAH) : Stop à la dépendance financière dans le couple

Le 16 septembre, des rassemblements auront lieu dans toute la France pour dire STOP À LA DÉPENDANCE FINANCIÈRE des bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés (AAH).

Aujourd’hui, le montant de l’AAH est calculé en fonction des ressources du couple… Ainsi, 270 000 personnes en situation de handicap en couple perçoivent une AAH réduite ou en sont privées.

Les personnes concernées et les associations dénoncent depuis des années cette injustice. L’AAH n’est pas un minimum social comme les autres ; les personnes en situation de handicap doivent conserver leur autonomie financière lorsqu’elles ne peuvent pas travailler, condition intrinsèque du respect de leurs droits, de leur santé et, de leur dignité. Lire la suite

A gauche, les intermittent·e·s de la lutte antiraciste

La période estivale est réputée être celle des congés. Soit mais uniquement pour la minorité de Français-e-s qui peuvent en profiter. Avant de poursuivre, rappelons à l’adresse des partisans de la « disruption jupitérienne » et du chef de l’Etat lui-même, qui se vante régulièrement de présider un pays qui jouit d’un « art de vivre » à nul autre pareil, qu’en 2014 trois Français sur cinq déclaraient avoir pris des vacances. Ce taux est de seulement 47% chez les ouvriers alors qu’il s’élève à 82% parmi les cadres. En trente ans, la situation n’a guère évolué [1]. Admirables effets de la « passion » de l’égalité supposée être une caractéristique nationale, aux dires de la foultitude des mythologues qui hantent l’Hexagone.

Le mois d’août, en particulier, est aussi celui où se tiennent nombre d’« universités d’été » des partis politiques et, parfois, de collectifs unitaires. Plus encore cette année en raison des élections présidentielles à venir. Comme souvent, elles suscitent de multiples vocations d’hommes et de femmes prêts à faire généreusement don de leur personne à la France pour la sauver de périls imminents ou pour l’engager dans la voie d’un avenir radieux, progressiste, écologique et, pour certains, institutionnel par la grâce d’une Sixième République parée de toutes les vertus. Lire la suite