Trio : sans piano (14)

Si le trio batterie/contrebasse/piano est souvent considéré comme le trio par excellence, les combinaisons de trois instruments sont aujourd’hui très variées.

Une diversité surprenante, des inventions et des (dés)équilibres toujours renouvelés, des surprises encore et pas seulement par le choix de l’instrument « soliste ». Au hasard de ré-écoutes récentes.

Voir aussi : Trio : sans piano, Trio : sans piano (2), Trio : sans piano (3), Trio : sans piano (4), Trio : sans piano (5), trio-sans-piano-6/, trio-sans-piano-7/, trio-sans-piano-8/, trio-sans-piano-9/, trio-sans-piano-10/, trio-sans-piano-11/, trio-sans-piano-12/trio-sans-piano-13/

Lire la suite

L’Amazone brûle, nos cœurs brûlent.

Le gouvernement Bolsonaro (PSL) l’ignore.

Face à la négligence, dans un mouvement initié par Twitter, les utilisateurs des réseaux sociaux préparent des manifestations ce week-end pour la défense de l’Amazone. Les actes auront lieu dans plusieurs capitales du pays. Les mouvements et les entités rejoignent l’initiative.

Le Brésil est confronté à la plus grande vague de feu de ces six dernières années, selon les données de Inpe (Institut national de recherche spatiale). Il y a 67 000 départs de feux enregistrés jusqu’à cette semaine. Le feu avance et détruit des kilomètres de forêts, de bois et de cerrados. L’Amazonie est la région la plus touchée avec 51,9% des incendies.  Lire la suite

La contribution sarde à la deuxième Marche mondiale pour la Paix et la Nonviolence

Le 2 octobre 2019, la deuxième Marche mondiale pour la paix et la nonviolence débutera à Madrid, dix ans après la première de 2009, qui s’est également arrêté en Sardaigne. Promue par l’association Monde Sans guerres et Sans Violence, elle a été immédiatement rejointe par de nombreuses organisations internationales travaillant dans le domaine de la nonviolence, de la paix et du désarmement. La marche traversera tous les continents et se terminera à nouveau à Madrid le 8 mars 2020. Lire la suite

Nous sommes la rage vivante de ce monde mourant

Quatre nouvelles et quelques poèmes entre désastre environnemental et thématiques d’anticipation. Le souffle des ruines et le soleil de l’espérance.

Les croyances au fil du progrès et les catastrophes, « J’eus droit à l’ennui, au silence, à la lenteur et à des informations de plus en plus fractionnées sur le monde. Je guettais les allées et venues des villageois derrière la fenêtre de mon bureau de cette maison d’où j’écris ces lignes, j’échangeais rarement avec eux et, d’ailleurs, ceux que je croisais encore étaient de plus en plus taiseux », la campagne désolée, les escargots, « J’essaie de l’écouter, l’escargot qui glisse le long d’une feuille, l’escargot qui donne sa leçon de vie. Avancer à sa façon. Chacun. Garder son rythme. C’est donc ça. J’écoute le temps et le silence »… Lire la suite

Les langues autochtones mises en valeur

Le Conseil National des Droits du Peuple Autochtone de Kanaky Nouvelle-Calédonie (CNDPA-KNC) a relayé la proclamation faite par les Nations Unies concernant l’année 2019 comme l’« Année internationale des langues autochtones ». A cette occasion, le 9 août de chaque année, la journée est célébrée dans le monde entier par les différents peuples autochtones. Ici au pays, le vendredi 9 août, la cour intérieure du Sénat coutumier fut le temps d’une journée entière, un espace pour accueillir les visiteurs sur la thématique « Peuples autochtones, héritiers d’une grande diversité linguistique et culturelle ». Les partenaires habituels du CNDPA-KNC tels que le Sénat coutumier de la Nouvelle-Calédonie, l’Agence de Développement de la Culture Kanak (ADCK), l’Académie des Langues Kanak et Radio Djiido ont valorisé à leur manière les langues autochtones, par le biais de conférences, de discussions et d’ateliers vivants.  Lire la suite

Expérience théorique : Imaginez-vous à une gare…

Expérience théorique. Imaginez-vous à une gare. Un homme traverse les voies ferrées, à pied. Il est distrait, trop pressé pour faire le tour, trop pris par son téléphone pour voir où il va. Vous tournez la tête et vous apercevez qu’un train arrive, à pleine vitesse, et que l’homme va croiser sa route. Que faites-vous ?

La réponse devrait être évidente. Vous criez. Vous hurlez et faites de grands signes. Et si cela ne suffit pas, s’il continue à fixer son téléphone, vous sautez du quai et courez le pousser hors de danger. Cela dit, peut-être n’êtes-vous pas assez brave pour faire ça. Je ne suis pas sûr de l’être suffisamment moi-même. Mais du moins s’agit-il de la manière dont vous espéreriez réagir, n’est-ce pas ? Lire la suite

La Pierre est des peuples. Des peuples dont il ne reste qu’elle

« Du temps de l’esclavage dans les isles-à-sucre, il y eut un vieux-nègre sans histoires ni gros-saut, ni manières à spectacle. Il était amateur de silence, goûteur de solitude. C’était un minéral de patiences immobiles. Un inépuisable bambou ».

Chacun e par la fenêtre ouverte ainsi sur le passé, pourrait composer une histoire à partir de ces quelques mots. Les phrases du conteur ravivent la mémoire du poids des « terres amères des sucres ». Patrick Chamoiseau prévient « Au démarrage de cette histoire, chacun sait que cet esclave vieil homme va bientôt mourir ». Pourtant en l’écrivant si sobrement, il instille un doute sur cette mort probable, il souffle le possible chant de la révolte. Lire la suite