Les déterminants sociaux de la santé en démocratie

Peu discutées dans l’espace public, les nuances sémantiques entre pandémie et syndémie (1) posent la question de l’exclusion des déterminants sociaux de la santé dans la représentation politique de la COVID-19 (2). Pandémie implique une représentation universelle des risques, identiques pour chaque individu, sans considération de l’âge, des conditions de vie, de l’état de santé général, etc. Syndémie désignerait plus spécifiquement la propagation d’une maladie touchant différemment les personnes, selon des facteurs socio-économiques et culturels (maladies préexistantes, âge, habitudes en santé, etc.).

En imposant une régulation standardisée des comportements, la politique de santé actuelle oblitère largement les déterminants socio-économiques de la santé, même si des profils de vulnérabilité sont établis face au SRAS-CoV-2 et que la définition officielle de la santé inclut explicitement le bien-être physique, social et mental (OMS, Charte d’Ottawa).

À l’échelle collective, l’ampleur des conséquences psychosociales, le cumul et la nature des dommages dits collatéraux (mais qui n’ont rien de secondaires) de cette gestion biopolitique questionnent le basculement de nos organisations sociales et les chances qu’il reste à la démocratie de prendre en main notre avenir. Lire la suite

La France doit participer à la première réunion du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires

Capture-decran-2022-01-18-a-14.02.07

Monsieur le Président de la République,

Le 7 février 2020, vous avez déclaré que la France « prendra ses responsabilités, en particulier en matière de désarmement nucléaire, comme elle l’a toujours fait ». Or, le 22 janvier 2021 est entré en vigueur le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Cette nouvelle norme juridique internationale a été adoptée le 7 juillet 2017 par une majorité des États, à l’Assemblée générale des Nations Unies, mais sans la participation de notre pays. Pourtant ce traité est une avancée pour assurer notre sécurité collective, pour protéger notre environnement des conséquences humanitaires catastrophiques de toute utilisation d’armes nucléaires et pour faire progresser le désarmement nucléaire. Lire la suite

« Survivre à la violence sexuelle : une perspective philosophique »

projets-feministes.jpg

Survivre à la violence sexuelle : Une perspective philosophique [1]

En tant que texte philosophique, ce que je présente ici est peu orthodoxe dans son style et son contenu. Mon but principal n’est pas de défendre une thèse à force d’arguments, mais plutôt de donner au lecteur accès par l’imagination à ce qui est, pour certaines, une expérience inimaginable, celle d’une survivante du viol. Le fait qu’il y ait si peu de textes philosophiques consacrés à la violence contre les femmes résulte non seulement d’un manque de compréhension de sa fréquence et de la gravité de ses conséquences, mais aussi de l’idée fausse selon laquelle celle-ci ne constitue pas un sujet proprement philosophique. J’espère éclaircir dans cet essai la nature et la gravité du préjudice causé par la violence sexuelle et montrer en même temps pourquoi les philosophes devraient commencer à prendre plus au sérieux ce problème. Lire la suite

A deux : Duo

Essayer de faire partager des émotions ressenties lors des (ré)écoutes. Deux instruments ou une voix et un instrument et leurs dialogues. Des déambulations dans quelques œuvres et interprétations, en profane…

Une invitation à écouter et partager ces versions ou d’autres que vous ne manquerez pas de signaler…

Lire la suite

Critique feministe des principes de Vérone

Il faut prêter attention a deux initiatives que, sous un supposé soucis des droits des enfants nés par gestation pour autrui (GPA), prétendent produire une norme internationale de cette pratique.

D’abord, la Conférence de la Haye de Droit International Privé a commencé à s’intéresser aux problèmes transfrontaliers relatifs à la filiation en 2011. En 2014, la Conférence a publié un rapport [1] sur leur plan d’établir un instrument international pour faciliter la « reconnaissance mutuelle » et définir les « exigences minimes » à propos de la maternité de substitution et a nommé un comité de personnes expertes [2], dont le mandat a été renouvelé pour deux ans en Mars 2020, pour continuer à travailler dans le Project de Filiation et Maternité de Substitution. Ce Comité est en train d’élaborer un instrument juridique et le protocole correspondant, dont le contenu surpasserait les points relatifs à la filiation, puisque déjà en 2019, ils se proposaient s’y inclure la définition de la GPA transfrontière (paragraphe 27), les conditions exigibles des mères (paragraphe 36) et la réglementation des agences (paragraphe 35). Le rapport final du Groupe était prévu pour 2022, mais sera finalement présenté en 2023. Lire la suite

La révolution française au prisme du polar

009724475

Anne Villemin-Sicherman continue la saga des enquêtes du vétérinaire Duroch sis dans l’Est de la France, du côté de Metz. « 1792, la femme rouge » nous projette dans la ville de Metz assiégée par les armées austro-prussiennes. Plus importantes en nombre que les armées de la révolution, mieux entraînées, mieux armées la victoire semble de leur côté. Par un coup de génie militaire, Kellerman à Valmy inversera la donne bien aidé par une dysenterie qui ravage les troupes ennemies. Lire la suite

Entretien avec Catherine Wihtol de Wenden, spécialiste des migrations

Comment avez-vous été amenée à travailler sur les enjeux des migrations ?

L’histoire des migrations recoupe mon histoire personnelle et familiale ! Ma famille, d’origine allemande, vivait dans les États baltes qui appartenaient à la Russie au 19ᵉ siècle. Mon arrière-grand-père a dû quitter le pays face à la politique de russification d’Alexandre III qui réduisait les libertés de la minorité allemande. Ma famille est alors passée par la France puis par l’Amérique latine pour participer à la construction du chemin de fer. Mon grand-père allait au collège allemand de Montevideo. Côté maternel, mes origines se situent du côté de la frontière alsacienne ! J’ai donc toujours été sensible à ces sujets car mon histoire familiale est une histoire des réfugiés, des cartes de séjour et des grands bouleversements du monde de la fin du 19ᵉ et début du 20ᵉ  siècle. Lire la suite

Pour engager la discussion à propos de la communication populaire

La communication populaire se fait à plusieurs voix. Un livre numérique apporte des expériences de femmes de sept pays différents des Amériques

La communication populaire et féministe est une pratique des mouvements populaires à travers le monde. Les militants communiquent sur les expériences, les agendas politiques, les mobilisations et les débats de celles et ceux qui luttent, avec créativité et esprit collectif. La communication crée le mouvement, le mouvement crée la communication.

De ce fait, les organisations populaires créent des modes de communication différents de ceux standardisés par le modèle hégémonique des réseaux et des médias d’entreprise. Les propositions communicatives, les options de langage et de format de ces organisations sont multiples et se rapportent à la réalité concrète dans laquelle elles se trouvent et avec laquelle elles veulent dialoguer. L’échange entre les expériences de communication féministe et populaire est un moyen de comprendre les accumulations politiques de l’agenda de communication de chaque organisation, ainsi que d’améliorer les pratiques, d’échanger des possibilités, de créer de nouvelles voies collectives et de renforcer les alliances. Lire la suite

Une vraie-fausse autobiographie

009672336

Une lettre, une simple lettre d’un fils à sa mère sans atours, sans mensonges ou pas trop, c’est la présentation qu’a choisi Kiese Laymon pour se raconter, raconter les États-Unis et la trajectoire d’un Africain-Américain dans le Sud profond où le racisme est permanent. Sa mère, universitaire, veut croire à la force de la culture, de l’instruction, de la connaissance qu’elle enseigne à son fils trop grand, trop gros, trop vite. Le titre originel, « Heavy » contient à lui seul tous les trop qui investissent la vie du pré ado et de l’ado, « Balèze », la traduction française bien trouvée, n’en retrace qu’une partie. Lire la suite

Saf, Solidaires, Ldh, Cgt : Ensemble pour défendre nos droits et libertés fondamentales contre le passe vaccinal

Communiqué commun

Sur la route d’un régime d’exception qui n’en finit plus, la loi sur le passe vaccinal a été adoptée le 16 janvier par le Parlement. Plusieurs parlementaires ont cependant saisi le Conseil constitutionnel en invoquant différents motifs d’inconstitutionnalité. A l’offensive contre la politique sanitaire antisociale menée depuis plus de deux ans, les organisations SAF, Solidaires, LDH et CGT ont fait valoir leurs propres arguments devant le Conseil constitutionnel, via une « porte étroite ».

En effet, le passage du passe sanitaire au passe vaccinal amplifie davantage encore la disproportion entre les objectifs prétendument poursuivis par le gouvernement et les atteintes aux droits et libertés des citoyennes et citoyens, notamment des travailleuses et travailleurs, tenu-e-s de se faire vacciner sous la menace d’une suspension de leur contrat de travail sans rémunération. L’adéquation entre les mesures et la protection collective en termes de santé n’est d’ailleurs pas assurée puisque le passe vaccinal ne permet pas de garantir l’état viral de la personne, et qu’un résultat de test négatif est désormais exclu du « passe » par la nouvelle loi. Lire la suite

Deux articles sur le Brésil (Laurent Delcourt. João Whitaker)

La victoire du candidat d’extrême droite, Jair Bolsonaro, aux élections présidentielles d’octobre 2018 a marqué un tournant majeur dans la trajectoire du plus grand pays d’Amérique latine. Trois ans après son investiture, quel bilan peut-on tirer de sa présidence ? Entretien avec Laurent Delcourt (chargé d’études au CETRI) réalisé par Global Initiativ’ (UCL).

GI – Au Brésil, la barre des 600 000 décès liés au covid-19 a été franchie en octobre 2021. La gestion de la crise sanitaire par Bolsonaro a été pointée du doigt pour expliquer cette hécatombe. Son attitude face à la pandémie peut-elle aussi être interprétée comme une manœuvre stratégique pour affaiblir ses adversaires politiques ?

LD – Oui, bien entendu. On pourrait être tenté de voir dans l’attitude de déni de Bolsonaro uniquement de l’irresponsabilité ou de la négligence. C’est ce qui transparaît souvent dans la presse. Mais l’on doit aller au-delà d’une telle interprétation pour bien saisir les motivations profondes qui commandent l’action de son gouvernement. Les discours conspirationnistes du président brésilien masquent en réalité une sorte de pragmatisme froid et calculateur qui poursuit des objectifs économiques et politiques bien compris. Lire la suite

Des féministes rebattent les cartes du désir, de l’amour, des relations sexuelles

COUVERTURE_BD_244

« Comment faire ? Commençons par muer, décoller les peaux qui nous tiraillent, qui craquent de partout, ces oripeaux de la culture de domination ». Dans son éditorial, « Ensemble », ça se tricote, Sabine Panet parle de la différence entre apprendre et inculquer, du saisir par l’esprit, de connaissances et de mémoire, « En revanche, on peut apprendre, ensemble. Apprendre à désapprendre… Et réapprendre, pour mieux appréhender ensemble », de solidarités à tricoter, « Dans cette période grise où les espaces publics se sont racrapotés, où les lieux de croisement sont devenus étriqués, où la démocratie perd des plumes, rencontrons-nous pour apprendre »…

Dossier : L’amour au temps du patriarcat Lire la suite

Amis journalistes, ressaisissons-nous ! Tribune AJE-JNE-AJSPI

Logo-mail-AJSPI

Que nous arrive-t-il ? Alors que des élections présidentielle et législatives se profilent, alors que les scientifiques ne cessent de nous alerter sur l’urgence climatique, sur l’effondrement du vivant, le travail médiatique n’est pas à la hauteur des enjeux.

À chaque média d’aborder les questions environnementales selon sa sensibilité, ses priorités, sa subjectivité ; à chacun de choisir la place qu’elles méritent. Mais nous ne pouvons pas accepter qu’elles soient totalement ignorées au prétexte que tout a été dit, qu’il s’agit de sujets trop techniques ou que « l’environnement doit dépasser les clivages politiques ». Lire la suite

Mustapha Saha : Patchwork sartrien des temps pandémiques (+ Le discours de l’araignée)

« On a souvent dit que nous étions dans la situation d’un condamné parmi les condamnés, qui ignore le jour de son exécution, mais qui voit exécuter chaque jour ses compagnons de geôle. Mais ce n’est pas tout à fait exact : il faudrait plutôt nous comparer à un condamné à mort qui se prépare bravement au dernier supplice, qui met tous ses soins à faire belle figure sur l’échafaud et qui, entre-temps, est enlevé par une épidémie de grippe espagnole » (Jean-Paul Sartre, L’Etre le Néant, éditions Gallimard, 1943). Lire la suite

Grimpons au sommet d’un building histoire d’aller croquer quelques avions de chasse

Dino-iXe-jaquette-1re-1588x2048

« La culture systémique du viol préside à l’organisation de nos sociétés occidentales. L’objet de ce livre est de montrer qu’elle irrigue aussi tout un pan de la culture pop : celui des dinosaures en littérature et au cinéma »

Loin des tristesses ou de l’arrogance de certaines analyses, Ïan Larue éclaire la nuit de ludiques images. Elle nous parle avec humour de dinosaures, de constructions mentales, de serpent et d’anathème religieux, « Les animales que nous fantasmons sous le nom de reptiles sont pensées comme notre envers diamétral », de scènes cultes hollywoodiennes, de reptiliennes et de déesses. Lire la suite

Girl Power

iu

Rhoda Scott, organiste « aux pieds nus » faut-il le rappeler, 83 printemps, a construit un quartet de Lady toujours en devenir. Elle a décidé d’aller encore plus loin avec « Lady All Stars », un septet composé de la fine fleur du jazz en France. Sophie Alour, saxophone ténor, Céline Bonacina au saxophone baryton, Lisa Cat-Berro, Géraldine Laurent, les deux au saxophone alto dans des registres différents, Airelle Besson à la trompette et au bugle, Anne Paceo, Julie Saury aux batteries pour créer une musique joyeuse, revendicative, pleine de bruits de cette fureur contre un système capable de discréditer les femmes parce qu’elles sont femmes. En se regroupant, elles montrent aux yeux de tous qu’il est nécessaire de redécouvrir toutes les femmes oubliées enfouies sous le patriarcat ambiant. Des sensibilités différentes pour mettre en œuvre des compositions et arrangements de chacune pour jouer sur les questions réponses entre l’orgue et le petit grand orchestre comme un écrin pour les solistes. Lire la suite

En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes (+)

A la toute fin de l’année dernière, à Herat, la troisième ville d’Afghanistan, les Talibans ont ordonné aux commerçants de décapiter les mannequins en celluloïd exposés dans les vitrines de leurs magasins.Selon le représentant local du Ministère de la promotion de la vertu et de la prévention du vice qui a remplacé le Ministère des Affaires féminines : Ce sont des statues telles qu’elles sont définies par le Livre Sacré et donc n’ont pas leur place dans l’Islam, d’autant qu’elles sont vénérées… 

Si la presse (dont le Monde) s’étonne de l’ordre des priorités du gouvernement Taliban dans un pays en plein marasme économique où la famine est quasiment assurée, personne ne semble voir dans cette mesure la forte charge symbolique et la funeste valeur prédictive concernant l’avenir des droits des femmes dans ce pays sinistré. Même s’il s’agit à la base d’une minorité urbanisée formée d’intellectuelles, de journalistes, d’artistes, qui ont acquis, en vingt ans, un début d’égalité. Ce bouleversement dessinait les contours d’une alternative légitime pour le restant de la population féminine, même rurale et lointaine, désormais privée même d’espoir. Et il en est de même, ne l’oublions pas pour les jeunes hommes, eux aussi artistes, intellectuels, journalistes actuels ou rêvant de le devenir. Lire la suite

La Banque Mondiale dévoilée

A partir du livre d’Éric Toussaint, 
Banque Mondiale, Une histoire critique

une-banque-mondiale

Éric Toussaint propose un nouveau livre [1], une histoire critique de la Banque Mondiale. C’est une véritable somme et une analyse critique, forcément critique. Elle s’inscrit dans une activité continue et ininterrompue, scientifique et militante. Éric Toussaint est le fondateur et un des principaux animateurs du CADTM, créé en 1990 comme Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers-Monde et renommé ensuite, en 2016, Comité pour l’abolition des dettes illégitimes. Il est aussi connu pour ses recherches et ses expertises qui ont été diffusées dans plus d’une vingtaine de livres, notamment Le Système dette : histoire des dettes souveraines et de leur répudiation [2], et plusieurs centaines d’articles ainsi que, dans de nombreux pays, dans l’action des comités pour l’annulation de la dette et dans les comités d’audit de la dette. Lire la suite

Justice pour Elisabeth Ibrahim Ekaru

271867259_4484139508364779_5596008200485479350_n.png

Cette défenseuse kenyane des femmes et des droits humains a été assassinée le lundi 3 janvier 2022 à Isiolo, au Kenya. Son meurtre, qui aurait eu lieu alors qu’elle défendait des droits fonciers, témoigne des risques, des difficultés et des attaques auxquels les femmes défenseurs des droits humains continuent d’être confrontées dans le cadre de leur travail, qui consiste à lutter pour les droits sociaux, environnementaux, économiques, culturels et politiques inscrits dans la Constitution kenyane de 2010.Depuis la Marche mondiale des femmes, nous sommes solidaires des femmes kenyanes et exigeons que justice soit rendue aux responsables !

#Justice4Elizabeth

https://marchemondialedesfemmesfrance.org

« Ce qu’il faut rechercher, ce n’est pas une civilisation du travail et de la production, c’est une société libérée dans ses échanges et dans ses communications… »

Entretien avec Pierre Naville sur l’automation et l’avenir du travail (1977)

Dans cet entretien publié en 1977, Pierre Naville présente sa vision de l’automation et de l’avenir du travail. La lecture de ses propos nous permet, au début de la seconde décennie du 21ème siècle, de remettre en perspective bon nombre de transformations du travail liées à la robotisation, la numérisation du travail ou la mobilisation de l’IA dans le procès de travail. Pierre Naville revient sur les enseignements tirés des enquêtes qu’il a menées ou dirigées au cours des années 1950 et 1960, en particulier celles qui portent un regard novateur et critique sur le développement de systèmes de production semi-automatisés, et dont on peut retrouver les conclusions dans l’ouvrage « Vers l’automatisme social » (1960 [2016]). Sa clairvoyance analytique, son degré de discernement sociologique – il ne faut pas tout confondre – et l’actualité de certaines thèses défendues sont assez uniques en leur genre. Chacun pourra s’en rendre compte d’autant plus facilement que son époque est bien éloignée du temps présent.

Naville nous rappelle l’importance des fondamentaux : la technique n’est pas une malédiction ni une perversion mais progresse en fonction des impératifs de l’extraction de plus-value, de l’accumulation et de leurs rythmes heurtés tout en étant marqué par la division internationale du travail et les rapports stratégico-militaires entre les Etats. Lire la suite