PROSTITUTION: pourquoi on se fout de la sexualité libre de contrainte des femmes ?

Interview de Valerie Tender (2ème partie) par Francine Sporenda

FS : Tu soulignes que la prostitution est une activité dangereuse, avec un taux de mortalité record (204 pour 100 000, contre 29/100 000 pour un autre métier à risque, chauffeur de taxi). Et que les personnes prostituées perdent graduellement leurs standards de sécurité quand elles y entrent. Tu racontes avoir été présente dans une fusillade dans un club, mais tu es quand même retournée dans ce club trois semaines plus tard. Peux-tu nous parler des situations dangereuses auxquelles tu as été confrontée et de leur effet dissociatif ?

VT : Notre seuil de tolérance augmente et s’ajuste au gré de notre réalité. Le cerveau humain est expert à s’inventer des rationalisations crédibles. Je suis une personne plutôt routinière qui préfère le connu, donc le stress de retrouver un autre club, de me refaire une place, la peur de tomber sur une place pire, plus compétitive, avec plus de proxénètes à éviter qui amènent des dangers dans le club, font que j’ai réussi à me dire « bah… Les chances qu’il y ait une autre fusillade dans ce même lieu, surtout avec la surveillance policière accrue dans le quartier depuis l’incident, me semblent statistiquement improbable… » et j’y suis retournée. Dans la même loge, avec les mêmes filles, le même gérant « tolérable »… On s’acclimate à tout. Lire la suite

Préface de Monique Chemillier-Gendreau au livre de Stéphanie Bossard : Accueillir les migrants. Rien n’est facile mais tout est possible

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Français de tous âges, de toutes conditions, de toute opinion politique, que vous résidiez à Paris, dans les grandes métropoles ou dans des bourgades ou villages, ouvrez ce livre, plongez-vous dans ce récit, mais en l’abordant, ouvrez à la fois votre cœur et votre raison.

Car vous aurez besoin des deux pour affronter cette lecture qui ne laisse pas indemne. Vos yeux se dessilleront et vous serez contraints de voir la réalité en face. Vous comprendrez l’incohérence, l’irrationalité, l’illégalité et l’inhumanité des politiques menées depuis des années par nos gouvernements successifs à l’égard des migrants. Elles vont en s’aggravant car des calculs électoraux sordides conduisent tous les personnels politiques, sans condition de leur appartenance à tel ou tel parti, à craindre de dire la vérité à leurs concitoyens. Lire la suite

Mohammed Harbi… Mémoires filmés. Levée de fonds pour achever le projet

Lire la suite

Inégalités : « La réforme des retraites pénalisera encore plus les femmes »

L’activité professionnelle croissante des femmes depuis les années 1960 a fortement contribué à leur autonomisation comme au financement des retraites. Mais l’écart de pensions entre les femmes et les hommes reste très important, il amplifie les inégalités de salaires. Tous régimes confondus, il est de 42% pour les pensions de droit direct, contre 24% pour les salaires. Les femmes sont contraintes de partir en moyenne plus tard à la retraite que les hommes, elles subissent plus souvent la décote du fait de carrières trop courtes. Leur pension, trop faible, est plus souvent rehaussée par un dispositif de minimum de pension. Lire la suite

Du coté des romans (décembre 2019)

Qui est coupable ? Comment survivre ?

Un accident de voiture. Qui est responsable ? Le conducteur ? Sa passagère, en même temps que son épouse ? Le hasard d’une route mouillée par la pluie ? La voiture dévale le bas côté et finit dans le ravin. La femme est morte, le mari, Ogui, est paralysé et ne peut pas parler. Il communique par le battement de ses yeux. « Le jardin » de Hye-Young Pyun, écrivaine sud-coréenne, nous plonge dans le cerveau de cet homme cloué à son lit qui veut survivre malgré tout. L’hôpital ne peut pas le garder – il faut libérer des lits -, Ogui se retrouve enfermé dans sa propre maison avec tous les souvenirs, les siens comme ceux de sa compagne. Se tissent les éléments d’une vie et d’une culpabilité de plus en plus évidente. Lire la suite

Une étude exhaustive étalée sur une décennie indique que l’accès entravé aux aliments traditionnels affaiblit la sécurité alimentaire des Premières Nations

L’Assemblée des Premières Nations (APN), l’Université d’Ottawa ainsi que l’Université de Montréal ont dévoilé aujourd’hui (9 novembre. NDLR) les résultats préliminaires de l’Étude sur l’Alimentation, la Nutrition et l’Environnement chez les Premières Nations (EANEPN). L’EANEPN présente, pour la première fois, un ensemble de preuves indiquant l’importance des aliments traditionnels dans l’alimentation des citoyens et communautés des Premières Nations, mais présente aussi les impacts de la dégradation de leur environnement, notamment en raison de la présence des contaminants chimiques et des changements climatiques, et la difficulté d’accéder à ces aliments sains. Lire la suite

« Prises en otages » – Ralliement contre le cartel du viol en Corée du Sud

Des hommes de l’élite sud-coréenne ont été dénoncés comme exploiteurs sexuels violents, mais les hommes ordinaires doivent aussi être interpellés pour leur rôle dans la culture du viol.

Par l’exploitation des femmes, les hommes se sont dotés d’une profonde alliance au sein du pouvoir masculin et ils échappent aux filets de la loi malgré de graves délits.
C’est ce que nous appelons le « cartel social du viol ».
(Une affiche diffusée sur Internet pour annoncer la « Ralliement contre le cartel du viol », tenu le 19 mai 2019 en Corée du Sud.)
Lire la suite